Interview de parent instagrameur : A Dada et au Dodo

Coronavirus ou non, désormais on ne loupe pas le rendez-vous du mercredi : l’interview de parent instagrameur. Cette semaine, j’ai voulu laisser la place à une Maman que j’apprécie beaucoup A Dada et au Dodo. Une Maman expatriée qui a choisi l’IEF pour ses enfants. Je vous conseille de la suivre sur Insta. J’aime également beaucoup ses stories car je trouve qu’elle a beaucoup d’humour. Et c’est également enrichissant de voir comment ça se passe ailleurs.

A dada et au dodo

1-   Merci A Dada et au Dodo d’avoir répondu « présente » pour cette petite interview. Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour ! Je suis Flore-Hélène, dite Maman A Dada ! Je suis maman de Colombe (7 ans) et Petit O’ (5 ans) et je suis enceinte d’un petit 3ème surnommé « Bébé Gaufrette » (même les noms des 2 grands sont des pseudos) qui est prévu pour Juillet 2020. Je tiens mon blog A dada et au dodo ! depuis 5 ans. J’ai commencé par y parler de puériculture et de ma vie de maman, puis j’ai beaucoup parlé d’activités manuelles avec les enfants. Depuis 3 ans, nous vivons à Dubaï où j’instruis mes enfants à la maison, ce sont donc ces deux sujets qui prédominent !

A dada et au dodo

2-   Tu es une Maman Expat ! Peux-tu nous raconter comment tu es arrivée à Dubaï et comment est la vie là-bas ?

Nous sommes arrivés… par hasard ! Mon mari et moi avons tous deux fait une partie de nos études à l’étranger et l’envie de repartir était très présente. Nous n’avions pas de pays particulier en vue, alors mon mari a simplement marqué « mobilité mondiale » sur son CV. Il a été contacté par des entreprises de plusieurs pays, mais c’est à Dubaï que le projet s’est concrétisé ! Nous n’avions absolument jamais pensé à Dubaï avant qu’on ne le contacte. Mais nous étions ouverts à tout (ou presque… je pense qu’on aurait pas accepté la Corée du Nord…), et Dubaï est majoritairement anglophone : c’était un avantage pour nous qui parlions déjà couramment l’anglais, et c’était l’occasion pour que nos enfants l’apprennent ! Nous sommes donc venu vivre dans cette ville sans jamais l’avoir visitée ! Nous ne sommes pas arrivés sur un contrat d’expat’ (contrat géré depuis la France, avec souvent beaucoup de choses prises en charge par l’entreprise, donc plus confortable); mais sur un contrat local. Les débuts n’ont pas été faciles : la chaleur accablante de l’été (on parle de 45° à 50°), la solitude, l’adaptation des enfants à une nouvelle culture et à une nouvelle langue, les débuts de l’ief et de la vie « H24 » avec les enfants, sans aide et sans connaître d’autres mamans… Cela fait maintenant 3 ans que nous sommes là et on a réussi l’adaptation. Nous avons découvert la ville et emménagé dans un quartier qui nous correspond mieux. Je me suis faite à mon nouveau rythme de vie de maman sans école, et j’ai rencontrée quelques bonnes amies. Mais le plus dur à Dubaï, c’est sans doute les amis. C’est une ville peuplée de 85% d’étrangers de toutes nationalités. Toutes les cultures sont donc représentées, ce qui est très enrichissant, mais pas toujours facile pour se faire de vrais amis. Et une fois qu’on s’est fait de bons amis, il n’est pas rare qu’ils partent. Les Émirats Arabes Unis ne donne pas la nationalité, nous restons donc tous sur un visa de quelques années, et on sait qu’un jour on devra partir… En 3 ans ici, les enfants et moi avons déjà vu plusieurs familles d’amis partir vivre à l’autre bout du monde… c’est toujours un déchirement.


Sinon pour la vie quotidienne, le luxe qu’on vous montre dans les reportages à la télé… j’en suis bien loin ! Il existe c’est vrai, et on a parfois la possibilité de se payer un bon restaurant ou d’aller faire un tour dans un bel hôtel. J’ai aussi la chance de pouvoir me payer une femme de ménage de temps à autre, ou quelques heures de baby-sitting car les prix sont très bas. Mais beaucoup de choses sont chères : nous avons des assurances médicales privées qui nous coûtent parfois très cher et ne nous remboursent pas toujours. L’école gratuite n’existe pas ici, il faut compter une moyenne de 1000€ par enfant et par MOIS ! Et c’est sans compter l’achat des livres, des uniformes (obligatoires dans le pays), du transport scolaire (jusqu’à 2000€ par an), des sorties scolaires… Vous comprenez sans doute notre choix d’instruire à la maison ! Bref, on présente Dubaï comme un El Dorado, et ça l’est encore pour les célibataires sans enfants avec un bon niveau d’étude. Mais avec une famille, il faut bien compter !

A dada et au dodo

3-   Tu es aussi une Maman IEF. Est-ce le fait que vous soyez une famille expatriée qui vous a poussé à faire l’école à la maison ?

Il y a plusieurs raison à ce choix, et comme je viens de l’expliquer, une des raisons est financière. Mais ça n’est pas la seule.Ma fille est allée à l’école pendant quelques mois en France et ça ne s’est pas bien passé. Elle avait des instit’ très bien (bien que beaucoup d’absence et donc de changements…) et elle s’adaptait parfaitement à la vie en communauté. Mais le directeur de l’école était un homme borné qui ne prenait pas en considération les besoins de l’enfant. Et nous nous sommes vite rendus compte que le système français lui donnait raison. Alors en partant pour Dubaï, il était hors de question de remettre nos enfants dans une école française (bien qu’il y en ait 3).J’ai alors étudié de plus près les systèmes qui nous était proposés : 

  • le système anglais : ne nous aurait pas du tout convenu !
  • le système américain : trop de lacune dans certaines matières, j’aurais dû faire une partie moi-même
  • les systèmes canadien et suisse : très bon, mais le niveau n’est quand même pas à la hauteur du prix.

Le meilleur rapport qualité/prix c’était finalement l’ief ! Alors on s’y est mis. ça n’a pas forcement été facile et il nous a fallu plus d’un an pour trouver un vrai rythme qui nous convenait, mais aujourd’hui je ne regrette absolument pas mon choix ! J’avais peur d’échouer, mais maintenant je me dis que mes enfants ont appris bien plus qu’à l’école. Et surtout, ils ne sont pas rentrés dans une logique de compétition (très présente à Dubaï).

A dada et au dodo

4-   Tu es aussi enceinte de ton troisième enfant ! Félicitations ! Le suivi médical pour la grossesse est-il différent à Dubaï qu’en France ?

Merci !
La différence majeure réside dans le système d’assurance privée et d’hôpitaux privés. Cela détermine le choix du lieu des soins, et aussi de l’accès aux soins.
Mais sinon le suivi est assez similaire. Une seule différence dans le suivi : personne ne parle de toxoplasmose ici et je n’ai pas été testée. Sinon, les tests sont les mêmes. J’ai juste eu beaucoup plus de rendez-vous car ici, il faut prendre un rendez-vous pour demander à l’assurance l’autorisation de faire les examens du prochain rendez-vous (vous me suivez ? Sinon j’ai tout expliqué en détails ici).
Une autre différence : ici on considère qu’une grossesse dure 40 semaines (contre 41 en France) et on autorise un dépassement jusqu’à 41 semaines (contre 42 en France). ça ne semble pas grand chose, mais pour moi qui ai dépassé les 41 semaines pour les 2 premières grossesses, cela me met la pression !
Enfin, je trouve que les médecins sont plus cool sur le poids qu’on prend ici. 

5-   Est-ce qu’un retour en France de la Famille A Dada et au Dodo est prévu ? La vie française te manque-t-elle ?

Un retour, c’est certain. Mais seul l’avenir et le destin nous dira quand (vous l’avez sans doute compris, on se laisse guider par les opportunités, alors pour nous une visibilité à 3 mois c’est déjà du long terme). Je l’ai dit plus haut : on ne peut pas obtenir la nationalité émiratie, on reste donc sur un visa et on sait que cela prend fin un jour où l’autre (même si je connais des familles qui sont là depuis 20 ou 30 ans).
De toutes façons, même si nous tirons avantage de la vie ici pour le moment (salaires bons (quand on ne dépense pas tout en école et en assurance), évolution de carrière rapide), nous ne sommes pas fait pour y rester ad vitam eternam. Le climat est dur : oui, nous avons 6 mois de beau temps et de farniente à la plage… mais nous avons aussi 6 mois de chaleur insoutenable où le moindre déplacement à pied devient impossible. Et il y a aussi cette difficulté à garder ses amis, tant les gens vont et viennent. Et bien sûr la famille nous manque ! Et c’est une des raisons pour lesquelles on souhaite revenir en Europe dans les années à venir.

A dada et au dodo

6-   Et pour finir, même punition que pour tous mes invités… Quels sont tes comptes Insta chouchous ?

Il y en a tellement ! Je vais essayer de ne pas être trop longue !Tout d’abord, les comptes d’instruction en famille :

  • seconde vie de famille : cette maman vit en Ontario et donne une instruction bilingue français/anglais (comme moi) à ses enfants. Elle trouve toujours des ressources de travail originales, et a une vision de l’instruction (et de l’éducation) qui me parle beaucoup !
  • Crapaud Chameau ; Encore une famille du Canada, du Québec cette fois ! J’aime aussi beaucoup sa manière d’instruire, et son compte me fait voyager !
  • Maman dans les Nuages : une maman de deux petits garçons en instruction libre. Suivre les intérêts de l’enfant et respecter son besoin de jouer ! Voilà un compte que j’aime beaucoup !
  • Jack et Cie : encore un compte plein de liberté dans l’instruction ! Une vie au grand air et des couleurs magnifiques ! Cela nous rappelle à quel point l’instruction en famille est bien plus qu’un choix d’éducation, c’est un art de vivre !
  • Mme Maman : on est beaucoup plus dans le formel, mais la bonne humeur de Sabine est un régal au quotidien !
  • Objectif IEF : Encore un compte plus formel, mais avec de très bonnes idées de bricolages et un blog super pour savoir par où commencer l’ief.
  • Un festin d’idées : ce compte est en fait le portail vers un podcast sur la pédagogie Charlotte Mason. Une pédagogie très inspirante, et un podcast rempli de douceur !

Côté expat’ maintenant !

  • Miettes de vie : une maman qui vit au Japon et qui nous fait découvrir le pays bien loin des sentiers touristiques !
  • Famille Kawaii : le Japon toujours, mais surtout des moments en famille.
  • La famille Kangourou, le retour : La Chine maintenant… certes ils l’ont quittée il y a quelques mois, mais on sent que leur expatriation les a marqués à jamais !
  • Baguettes et Epinettes : Marion est une maman française de 3 magnifiques petites québécoises ! Un compte plein de vie et plein d’humour !
  • Mon joli petit bureau : ma copine de blog depuis le début, et qui aujourd’hui vit à Zurich !

Et les comptes qui m’inspirent (souvent depuis le début !) :

  • Maman Nougatine : Je ne crois pas lui avoir déjà dit, mais c’est en découvrant son blog que j’ai eu envie d’ouvrir le mien. C’est une maman pleine d’idées et de douceur !
  • Le Pays des Merveilles : c’est pour moi LA référence en matière d’idées d’activités manuelles avec les enfants ! J’adore les œuvres de cette maman et de ses deux filles (et de son petit garçon quand il sera assez grand).
  • Humeurs créatives : Encore une référence en matière d’activités manuelles et d’activités avec les enfants. Floriane est une nounou pleine de ressources et de gentillesse !
  • Activités Maison : On est un peu entre les activités avec les enfants et l’instruction en famille. Cette maman de 5 enfants (scolarisés) de la maternelle à Normal Sup (excusez du peu…) écrit des livres sur la pédagogie (qui selon moi devraient être lus par tous les parents !) et donne de nombreuses idées d’activités à faire avec les enfants sans forcément se ruiner !

Voilà ! J’ai essayé de ne pas être trop longue… Et encore, j’ai oublié plein plein de comptes que j’adore !

A dada et au dodo

Merci encore à A Dada et au Dodo de s’être prêtée au jeu des questions/réponses. Foncez donc vous abonner à son compte. Et si vous n’avez pas encore vu toutes les dernières interview, cliquez pour en savoir plus sur ces super Mamans :

10 réflexions sur « Interview de parent instagrameur : A Dada et au Dodo »

  1. coucou
    merci pour cet article , j’ai fais de belles découvertes instagram grâce à ton article.
    belle découverte aussi de la maman que tu viens de nous présenter alors merci et belle journée
    rachelmarine

  2. Coucou j’en ai découvert encore plus sur la nouvelle vie de Flore-Hélène. J’ai eu la chance de la rencontrer en VRAI, c’est une femme et maman exceptionnelle à découvrir sans plus attendre !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *