10 idées cadeaux à offrir aux maîtresses, atsem, nounous pour la fin d’année

C’est bientôt les vacances d’été. Cela veut dire qu’il est temps de vous creuser la tête pour offrir un petit cadeau sympa aux maîtresses, atsem, et nounous. Il est vrai que lorsque nous étions enfants, cette tradition n’était pas vraiment à l’ordre du jour. Cela nous arrivait parfois d’offrir une fleur ou un chocolat, mais pas plus. Aujourd’hui, c’est un petit peu la surenchère des cadeaux en tout genre. Alors j’ai essayé de vous trouver quelques idées qui changent un peu sans pour autant être obligé de vendre un de vos reins.

1- Un badge avec un message fort. Je trouve cette phrase magnifique: « Merci de m’avoir aidée à grandir ». Ce n’est pas rien de suivre jours après  jours l’évolution de votre enfant. Lui apprendre des choses, l’encourager, le consoler, parfois le gronder… Vous le trouverez pour seulement 2,50 euros.

2- Un tote bag. C’est très à la mode et en même temps c’est pratique et utile. Cela ne prend pas trop de place. L’été arrivant, c’est toujours pratique d’avoir un petit sac pour mettre  son maillot de bain et sa serviette pour aller prendre le soleil à la plage. J’ai trouvé celui-ci très mignon et vous coûtera 13 euros. Sinon, libre à vous d’en acheter des blancs, des feutres à tissu et de laisser votre enfant le décorer.

3- Un livre sonore à enregistrer. Je suis complètement fan de cette idée. Ici, votre enfant pourra enregistrer des petits mots gentils pour dire lui-même merci à sa maîtresse (ou son maître). C’est un cadeau vraiment unique qui vous coûtera 14,95 euros.

4-Un pack « Merci Maîtresse » comprenant un carnet d’étiquettes autocollantes personnalisées, d’un joli magnet, d’une carte de remerciement et d’une jolie enveloppe, ce pack cadeau leur permettra de marquer leurs dossiers, stylos, lunchbox… Une fois les affaires marquées, leurs collègues pourront facilement se souvenir du stylo ou du livre emprunté ! Comptez 14,50 euros.

5- Un autre pack pour les instits: avec plein plein de choses dedans: stylos, gommes, carnet, trousse, effaceur, badge, etc. Un peu plus cher, vous en aurez pour 25 euros.

6-Une assiette ou un verre avec un dessin de votre enfant. Les petits font généralement plein d’œuvres d’art chez leur nourrice ou à l’école. Pourquoi ne pas utiliser une de leurs créations pour un cadeau souvenir ? Comptez 18,95 euros pour une assiette par exemple.

7- Un pot à crayons. Vous en trouverez de toutes les formes et à tous les prix sur le net. Mais j’avoue que je trouve celui-ci en porcelaine tout particulièrement mignon. Il vous coûtera 25 euros.

8- Un coffret de confiserie. Étant sudiste, forcément j’ai une affection toute particulière pour la confiserie Florian. Et puis, ça a le mérite de changer un peu des chocolats. Comptez 14,50 euros pour le coffret.

9- Le tapis de souris avec un joli petit message. Parce que votre maîtresse passe de longues heures derrière son ordi pour préparer ses cours. Comptez 17,90 euros.

10- Une carte cadeau dans un magasin. Parce que soyons honnêtes, imaginez un peu le nombre d’enfants qu’elles (qu’ils) voient passer… On a finalement tous à peu près les même idées. Alors pour éviter d’avoir des doublons et pour tomber juste: rien de mieux que la carte cadeau.

Et vous, que faites vous comme cadeau de fin d’année à vos nounous, maîtresses et atsem ? Que pensez-vous d’ailleurs de cette nouvelle tradition ? Car il est toujours agréable de dire merci. Mais parfois on peut avoir l’impression d’une surenchère de cadeaux pour que notre enfant se fasse bien voir. Dites-moi tout en commentaire.

Connaissez-vous le Nutri-Score pour faire vos courses plus sainement ?

Je ne sais pas vous, mais moi être Maman ça me donne envie de faire plus attention à mon assiette. D’une part car je suis morte de fatigue avec des nuits écourtées et qu’il est, je pense, important que je retrouve quelques forces avec des aliments de qualité… Mais aussi parce que la nourriture fait entièrement partie de l’éducation. Élever son enfant, c’est aussi lui inculquer de bonnes bases afin de manger sainement. Et pour vous y aider, il y a le Nutri-Score.

Alors qu’est-ce que c’est?

C’est un logo qui va apparaître sur l’avant du packaging de vos produits pour vous informer sur leur qualité nutritionnelle. On est parfois un peu perdu quand on essaye de décrypter une étiquette d’emballage entre les calories, les graisses saturées, les protéines, le potassium, etc… Bien sûr, il y en a toujours qui sont calés dans la matière, mais soyons honnêtes: la majorité des gens ne savent pas ce qu’ils mangent. Avec un logo clair, précis et visible, ça sera bientôt plus facile de remplir son caddy.

Le score est calculé en prenant en compte les nutriments et aliments à favoriser: fibres, protéines, fruits et légumes. Mais aussi les nutriments et l’énergie à limiter: calories, acides gras saturées, sucre et sel. Le score obtenu est traduit très simplement par une lettre entre A et E qui vous informe de la qualité nutritionnelle du produit. Forcément, ça marche comme à l’école. Si vous voyez un A, c’est que tout va bien. Et le E est clairement un mauvais élève.

Seuls les produits transformés sont concernés par le Nutri-Score. Vous ne trouverez pas de lettre A sur une nectarine ni sur une courgette.

Cela devrait faire petit à petit son apparition dans nos rayons au cours des 6 prochains mois. Toutefois, je tiens à préciser que c’est sur la base du volontariat. Seuls 33 industriels se sont engagés pour le moment. L’idée est pourtant bonne. Je ne comprends pas pourquoi cela ne devient pas une norme obligatoire pour tous. Je m’imagine Grande Industrielle et me dis que si je sais pertinemment que mon produit n’est pas super sain par rapport à d’autres produits d’autres marques, bien évidemment que je vais éviter de mettre une lettre E sur mon packaging avec le Nutri-Score.

Autre point à aborder: cela note la présence de nutriments nécessaires pour la santé, mais en aucun cas cela remplace le logo Agriculture Biologique. Une bonne note au Nutri-Score ne signifie pas que vous n’avalez pas de pesticides. Donc à vous de décortiquer tout de même un minimum.

L’idée est donc bonne. Mais il aurait été peut-être bon de plus l’approfondir.

Connaissiez-vous le Nutri-Score ? Faites-vous attention aux aliments que vous mangez ? Dites-moi tout en commentaire.

Comment élever les enfants les plus heureux du monde. Les recettes du bonheur danois.

Je vous fais partager un livre coup-de-cœur aujourd’hui « Comment élever les enfants les plus heureux du monde. Les recettes du bonheur danois ». Pour être entièrement honnête avec vous, j’ai un peu hésité à l’acheter au départ. Je trouvais la couverture niaise avec cette couleur rose pétante prédominante. Mais les critiques étaient bonnes. Je me suis donc laissée tenter et je ne suis pas déçue.

Savez-vous que depuis 40 ans les danois sont les plus heureux de la planète ? Et pourtant, ce n’est pas un pays où il y a beaucoup de soleil et les impôts sont excessivement élevés. Alors pourquoi vont-ils mieux que nous ? Tout simplement grâce à leur éducation.

Le livre est compartimenté en 6 parties fondamentale de l’éducation danoise :

L’empathie. Apprendre à son enfant à comprendre les émotions des autres. Essayer en tant que parents de décrypter pourquoi votre petit ne va pas bien au lieu de lui crier dessus car il pleure.

Le recadrage ou devrais-je dire : l’optimisme réaliste. Apprendre à ne pas voir le verre à moitié vide mais plutôt à moitié plein. Les danois ont une façon très positive de voir la vie. Il pleut ? Ce n’est pas un problème, il faut se dire qu’on est alors bien contente d’être au travail et non en vacances. Ils ne pensent pas que tout est soit noir ou blanc, mais qu’il y a une nuance au milieu sur laquelle il faut se cadrer.

Laisser l’enfant jouer seul. Cela permet à l’enfant de devenir un adulte plus résilient et mieux intégré socialement.

L’authenticité : au Danemark, on ne dit pas: « Mais Qu’est-ce que tu es intelligent ! » qui pourrait frustrer l’enfant ensuite quand il n’y arrive pas et se reposer sur ses lauriers. . Mais plutôt privilégier des phrases comme « tu as fait des efforts et tu as réussi. ».

L’absence d’ultimatum. On nous parle dans ce livre qu’il est préférable d’éviter les rapports de force mais plutôt d’ouvrir la discussion. On connaît tous cette scène : on est un peu fatigué. Notre enfant fait des siennes car il ne veut pas se préparer. On stresse car on va arriver en retard et on commence à crier « Je te préviens, si tu n’es pas prêt dans 5 minutes, ça va mal aller ! ». Pourquoi ne pas trouver pourquoi il ne veut pas se préparer et chercher des solutions fermées. « Préfères-tu mettre ton pull avec le dinosaure ou celui avec les pompiers ? » On ouvre la discussion, l’enfant se calme et on gagne du temps et de la sérénité.

Le hyggye (terme danois qui signifie le cocooning). C’est une philosophie typiquement danoise qui consiste à prendre du temps ensemble en famille sans stress. Une soirée jeux de société autour d’un feu de cheminée, rien de plus hyggye.

Alors forcément, ça paraît un peu simpliste quand je vous explique ce livre en quelques phrases. C’est forcément bien plus développé dans cet ouvrage. Mais je voulais vous dégrossir leurs fondamentaux. Finalement, c’est un livre pour les parents pour apprendre à éduquer avec bienveillance. Mais il est aussi à mettre entre les mains de personnes qui n’ont pas d’enfants pour apprendre à déstresser et voir le bon côté des choses. Car n’est-ce pas tout simplement la recette du bonheur : S’écouter, se parler et positiver ? « Comment élever les enfants les plus heureux du monde » que vous trouverez au prix de 16 euros.

L’appli Tydessin pour conserver les œuvres de vos enfants.

Si vous me suivez sur Facebook ou Insta, vous avez du constater que j’adore faire des activités artistiques avec mon petit écureuil. J’ai tendance à tout vouloir conserver. Mais j’avoue que ça prend énormément de place. Mon fils n’a que deux ans et demi, mais j’imagine qu’avec l’école, on récupère encore plein de jolies créations et les lieux de stockages peuvent vite arriver à saturation. Voici donc une appli qui pourrait vous aider : Tydessin.

L’application vient de sortir et elle est entièrement gratuite. Elle vous permet de numériser les œuvres de vos enfants et de les conserver en ligne. Votre salon n’a plus besoin d’être le lieu d’exposition de votre petit Picasso. Il est vrai qu’on aime s’émerveiller devant leur talent mais on a envie de garder parfois un peu de déco d’adulte.

Ce qui est bien fait sur Tydessin, c’est que vous pouvez classer les créations de vos enfants par catégories : dessin, pâte à sel, gommettes, sables colorés, pâte à modeler, etc… Histoire de ne rien oublier, vous pouvez même mettre des annotations qui sont liés à cette oeuvre.

Vous pouvez également noter la date. Ce qui fait une belle façon de voir l’évolution de votre enfant. Il est amusant de pouvoir constater par exemple que maintenant le petit bonhomme bâton a désormais des chaussures, un chapeau, etc.

Tydessin est en fait une boîte aux trésors familiale. De plus, vous pouvez très facilement partager avec votre entourage les œuvres des petits artistes en herbe en quelques clics.

Et vous? Que faites-vous des créations de vos enfants? Est-ce que vous gardez tout? Si oui, où arrivez-vous à tout stocker (Je vous pose la question car nous habitons dans un petit appart et c’est parfois compliqué de trouver de la place pour tout) ? Faites-vous le tri à contre-cœur?  Dites-moi tout en commentaire.

J’ai testé pour vous montrer. Alors, je n’ai pas mis toutes les œuvres de Simon pour le moment. Mais c’était pour vous donner un aperçu.

Découvrez le livre « Bêtises et Limites » aux éditions Milan.

Connaissez-vous la collection de livres « Mes P’tits Pourquoi? » aux éditions Milan? Depuis le mois d’avril, vous pouvez trouver dans le commerce un nouvel ouvrage de ces petits docs: « Bêtises et limites ». Notre fils est dans sa période d’affirmation des 2 ans et demi. Nous avons donc sauté sur l’occasion pour se le procurer et parler avec lui des règles avec bienveillance. Je vous en parle aujourd’hui pour ma  toute première participation à « Chut les enfants lisent ».

Ce qu’on aime:

– Collection de livres adaptés aux 3-6 ans. Des documentaires bien expliqués pour les tous petits.

– Dans cet ouvrage, vous allez faire la connaissance de Noé qui fait des bêtises (il écrit sur les murs, il tire la langue, il ne fait pas attention quand il traverse). Il va apprendre avec ses parents au fil des pages ce qui est possible de faire ou de ne pas faire. Et il va comprendre ses limites.

– Sur chaque double page, vous aurez, sur la page de gauche, Noé qui fait quelque chose de pas bien et sur celle de droite ses parents qui lui expliquent comment réparer ses erreurs. Les phrases sont bien choisies sans être trop culpabilisantes pour l’enfant. On essaye plutôt de prendre conscience des choses. Tout est justement dosé. Ce livre a d’ailleurs été écrit avec les conseils d’un pédiatre afin qu’il soit adapté aux plus jeunes.

– La bienveillance est au rendez-vous. On explique qu’avant les punitions étaient humiliantes voir violentes, mais qu’aujourd’hui les choses ont changé. Les parents sont soumis aux lois et les enfants ont des droits.

– Souvent les enfants pensent qu’en grandissant, on peut enfin faire ce que l’on souhaite. Ici, on explique aux plus jeunes que les adultes doivent également suivre certaines règles pour ne pas avoir de problème.

– Ce petit livre m’a permis de parler avec mon fils de certaines choses qu’il fait où il se met en danger (partir en courant sur la route… Il nous l’a fait deux fois, j’ai cru que mon cœur allait s’arrêter). Il faut donner la main à son Papa ou sa Maman et faire attention aux voitures. Cet ouvrage permettra d’ouvrir la discussion calmement avec votre enfant sur les bêtises qu’il ou qu’elle peut faire.

– Son prix est raisonnable, comptez 7,40 euros.

Il existe d’autres ouvrages de la collection pour expliquer d’autres sujets pas forcément évidents à aborder avec les petits: la mort, le divorce, les allergies alimentaires, les zizis et zezettes, l’orthophoniste ou même les émotions. Si vous avez lu d’autres livres de la collections, je suis preneuse de votre retour.

Découvrez le film « La Fête des Mères », actuellement au ciné.

Connaissez-vous l’origine de la Fête des Mères? Ann Mary Reeves était infirmière aux États Unis pendant la guerre et, contrairement aux autres soignantes, elle s’occupait sur place des blessés des deux camps. Après sa mort en 1905, sa fille, Anna Jarvis, a découvert des centaines de lettres de personnes qui avaient écrit à sa mère pour la remercier de les avoir sauvés ou d’avoir accompagné leurs proches dans la mort. Il lui vint alors l’idée de créer cette fête des Mères pour rendre hommage à toutes les mères courage.

Bien sûr, en vous racontant ce trait d’histoire, je vous spoile pas du tout le film « La Fête des Mères ». Mais il est vrai que l’origine de ce jour est évoqué.

C’est le nouveau film signé par la réalisatrice Marie-Castille Mention-Scharr, avec un beau casting. Vous trouverez à l’écran : Audrey Fleurot, Clotilde Courau, Olivia Côte et beaucoup d’autres.

Vous allez découvrir le portrait de plusieurs femmes aux destins entremêlés. De la présidente de la république en passant par une prof de fac, une journaliste, une comédienne de théâtre, une pédiatre et j’en passe… Un film qui désacralise la femme et surtout la Maman parfaite. On y voit la mère toxique, la mère haineuse, la mère stressée et émotive, la mère égoïste, mais aussi la mère en plein baby-blues.

Forcément chaque comportement de mère donne des relations différentes avec son enfant. Nous sommes le produit de notre éducation. Alors bien sûr, je suis totalement d’accord avec vous: l’homme a autant une part sur l’évolution et de son enfant. Mais ici le sujet est avant tout la femme. Nous voyons des enfants qui sont devenus adultes avec une multitude de névroses dues à l’enfance. Ce qui amène la mère qui ne sait pas s’occuper de ses enfants, la mère qui veut trop protéger car n’a pas reçu assez d’amour, le fils trop envahissant, ou la fille qui s’éloigne de sa mère de peur de la perdre réellement un jour.

Il est important de noter qu’on parle également de la femme qui n’a absolument pas envie d’enfant. Comme le personnage du film le dit bien à l’écran « une mère n’est pas une personne supérieure car elle s’est reproduite ».

Un joli film qui est sorti ce mercredi au cinéma, forcément à quelques jours de la Fête des Mères. Je vous le conseille. J’ai passé un bon moment. Je lui donnerais facilement une note de 16/20. N’hésitez pas à me le dire si vous allez le visionner et surtout ce que vous en pensez.

Idée de sortie en famille : la chèvrerie de Valbonne.

Il arrive parfois que le weekend, nous sommes en panne d’idées sortie en famille. Voici un lieu qui devrait plaire aux petits comme aux grands: la chèvrerie de Valbonne.

Cela faisait un moment que nous en avions entendu parler, mais nous avons profité de l’opération « De Ferme en Ferme » pour nous y rendre. Ce fut un réel coup de cœur.

Pourquoi je vous conseille d’y aller ?

– Vous allez pouvoir visiter la ferme et rendre visite aux animaux. Les petits seront ravis de voir de près les chèvres.

– Vous y croiserez une soixante de chevrettes ainsi que deux boucs de race alpine chamoisée.

– Si vous y allez en février/mars, vous aurez beaucoup de chance de voir des petits bébés trop choupinets, avec la possibilité de les câliner.

– Depuis le mois de février 2018,  la famille DÜRST vous offrira les portes de cette chèvrerie vraiment sympathique 4 fois par semaine. Vous pouvez donc y aller les mercredis, jeudis, vendredi de 16h à 19h et le samedi de 10h à midi puis de 16h à 19h.

– Ce que j’ai aimé dans cette chèvrerie, c’est de voir les animaux en liberté. Il y a des clôtures tout autour de la propriété pour ne pas qu’elles partent. Mais elles peuvent totalement se dégourdir les jambes.

– Je parle beaucoup des animaux, mais sachez que vous allez pouvoir également acheter leur fromage bio qui est à tomber par terre ! Forcément la vente de fromage se fait en circuit-court donc en plus d’être écolo, c’est moins cher. vous pourrez vous régaler à partir de 3 petits euros. Je vous ai pris en photo toutes les spécialités pour vous mettre l’eau à la bouche.

Je vous donne l’adresse: 1382 route de Biot 06560 Valbonne. Et pour plus de renseignements : 06 86 52 38 47.

N’hésitez pas donc à y aller faire un petit tour. Si vous connaissez d’autres adresses de ferme bio ouverte à la visite et avec des bons produits, je suis bien sûre preneuse.

 

Séjour au Lac Majeur en Italie en famille

Si vous me suivez sur Insta, vous avez peut-être vu passer les photos de notre folle aventure italienne. Nous avons profité des ponts pour s’échapper trois nuits du côté du Lac Majeur, en Italie. Magnifique destination que je vous conseille.

Vous devez vous dire que nous sommes des amoureux de l’Italie. En effet, nous y allons assez régulièrement. Quand notre petit écureuil n’avait que quelques mois, je vous avais parlé de notre séjour à Gênes. Et très récemment, nous sommes partis  sans enfant à Naples (Et nous avons fait aussi les 5 Terres, Milan, Rome, Turin, Pise, Lucques, Florence, Venise…). Aujourd’hui, je vous fais donc partager un tout autre paysage italien : la région du Lac Majeur. Nous connaissions déjà le Lac de Côme. Pour vous faire une confession: c’est même à cette endroit que mon amoureux m’a demandé ma main il y a un peu plus de 9 ans de ça. Je ne saurais vous dire lequel de ces deux lacs je préfère. Ils ont chacun beaucoup de charme. Mais j’ai le souvenir d’un lac de Côme où on peut plus facilement s’arrêter dans de mini mini villages pour profiter du bord de l’eau.

Le Lac Majeur est le deuxième plus grand lac d’Italie. Alors forcément, en 3 nuits sur place, nous n’avons pas eu le temps de faire tout le tour. Nous nous sommes plus attardés du côté de Stresa , Verbania (c’est ici d’ailleurs que nous logions).. Et nous avons même poussé jusqu’à la partie suisse avec Locarno (que nous avons moins aimé. C’est beaucoup plus huppé. Cela sent l’argent et ça perd un peu de charme par rapport à la partie italienne).

Vous ne pouvez pas venir au Lac Majeur sans faire un tour du côté des îles Borromées. Vous allez forcément y accéder par bateau. Les départs se font du côté de Stresa ou encore de Baveno. Nous avons commencé par la charmante île d’Isola Bella. Le jardin y est magnifique. Et vos enfants seront ravis d’admirer de majestueux paons. Palais également à visiter. Deuxième escale dans les îles Borromées: Isola Superiore. Bon clairement, c’est une île attrape-touristes qui se dit « île de pêcheurs ». Mais c’est un peu la halte obligatoire pendant votre folle journée d’îles en îles pour vous restaurer. Ne vous attendez pas à manger le meilleur repas de votre vie. Ce n’est pas le cas. Je vous déconseille d’ailleurs le restaurant « Chez Miguel » où nous nous sommes arrêtés. Service très antipathique et plats plus que moyens. Après vous êtres remplis le ventre, reprenez le bateau pour la dernière île à visiter : Isola Madre. C’est la plus grande. Vous y verrez un palais et un splendide jardin anglais.

Si vous allez du côté du Lac Majeur, ne partez pas sans faire un tour dans le téléphérique. Le départ se fait à Stresa (là où vous pouvez également partir aux îles Borromées). Vous allez mettre une vingtaine de minutes pour atteindre 1491 mètres d’altitude et rejoindre le Mont Mottarone. Par contre, allez-y un jour où le ciel est dégagé car sinon vous ne pourrez pas admirer la vue des 7 lacs. C’est impressionnant de beauté. Un coup de cœur. Il paraît qu’il est possible de faire une belle randonnée qui vous amènera du côté du Lac d’Orta. Mais il faut compter tout de même 4 heures de marche. Et je vous avoue qu’avec un petit bout de chou de 2 ans et demi, nous avions un petit peu la flemme. Au sommet du Mont Mattarone, vous trouverez également un circuit de luge d’été pour les amateurs de sensations fortes. Attention, prévoyez le sandwich ou arrêtez-vous au restaurant Eden. C’est le seul que vous trouverez là-haut. La cuisine y est bonne. Et ce qui est pratique c’est que le personnel parle 4 langues (dont le français).

Je vous conseille par contre de bien choisir votre moment pour séjourner du côté du Lac Majeur. Qui dit lac dit nature. Il n’y a pas vraiment de musées où vous réfugier en cas de pluie. Pour moi, le mois de mai est le mois idéal pour y aller. C’est fleuri. Il fait bon mais pas encore trop chaud… Car l’été, étant une cible adorée par les moustiques, je ne m’y aventurerais pas. L’Italie est en tout cas toujours une valeur sûre pour vos vacances. Et si vous partez avec un petit bout, il sera être ravis d’être au pays de son repas préféré: le plat de pâtes. Connaissez-vous le Lac Majeur? N’hésitez pas à me faire part de votre expérience en commentaire.

Découvrez le jeu Cui-Cui de chez Haba

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez peut-être vu un post passer il y a quelques semaines de ça vous annonçant prochainement un article sur le blog concernant le génial jeu Cui-Cui de chez Haba. Bon, j’avoue que j’ai finalement tardé à vous l’écrire, faute de temps (la vie de Maman et de working girl est parfois difficile à organiser). Je vous parle donc (enfin) de ce jeu de société.

 

Pourquoi on aime:

– Chez Haba, ils font toujours de bons jeux de société. Je vous parlais il y a quelques temps de ça du Petit Verger.

– Cui-cui est un jeu à partir de 3 ans. Mais facilement jouable avant. Mon fils a 2 ans et demi et il adoooooore y jouer.

– Les règles sont simplissimes. Vous devez lancer le dé chacun à votre tour pour faire apparaître des aliments pour oiseaux (baies, graines, ver de terre, mouche…). Vous devez alors nourrir votre oisillon pour le faire grandir. Le premier joueur à avoir un grand et majestueux oiseau a gagné.

– Cela apprend aux enfants à attendre leur tour pour lancer le dé. Mais ce n’est pas parce que c’est à quelqu’un d’autre de lancer le dé qu’ils ne peuvent pas jouer et faire manger leur petit oiseau.

– Les parties sont très courtes (comptez 5 à 10 minutes). Nous savons tous qu’à cet âge là l’attention des enfants est limitée. Le timing est donc parfait.

– Jeu de total hasard. C’est le dé qui décide quel petit oiseau pourra manger.

– Format tout petit qui permet de l’amener partout avec vous. Pas plus tard que la semaine dernière, il était dans notre valise quand nous sommes partis en vacances en Italie (je vous en parlerai très prochainement d’ailleurs).

– Et qui dit petit dit également prix tout léger. Comptez 11,99 euros. 

Jeu que je vous conseille donc pour les plus jeunes. Même étant adulte, j’aime y jouer avec mon fils. C’est une belle mise en bouche aux jeux de société plus élaborés auxquels il pourra s’adonner plus tard. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire pour me conseiller d’autres jeux.

J’en profite pour remercier ma collègue et amie Raphaëlle qui a offert ce jeu à notre petit écureuil. Je ne sais pas si elle passe parfois sur mon blog.

Découvrez la nouvelle série Netflix : Super Mamans (The Letdown) !

Tous les mois Netflix rajoute dans son catalogue de nouvelles séries. Et là, attention, réel coup de cœur pour la Famille Écureuil : Super Mamans (The Letdown). Une série totalement déculpabilisante pour les parents.

Quand on rentre dans le monde de la parentalité, tout se transforme du jour au lendemain: votre vie sociale, votre vie de couple, votre travail, votre temps libre,votre sommeil… Alors effectivement, ce thème a inspiré déjà de nombreux films et séries, mais j’aime beaucoup la façon dont cela a été abordé dans ces 7 épisodes. C’est criant de vérité, ça en est parfois même déstabilisant… Pour être honnête, si vous n’avez pas encore d’enfants, la vision de Super Mamans vous donnera peut-être envie d’attendre encore quelques années supplémentaires avant de vous lancer.

Vous allez trouver dans cette courte série des portraits de femmes très différentes: la Maman Working Girl, la Maman monoparentale, la Maman de famille nombreuse (interprétée d’ailleurs par Celeste Barber, connue pour ses parodies de photos de stars), ou encore  Audrey le personnage principal qui est typiquement la Maman comme vous et moi… Une Maman fatiguée, un peu dépassée, qui pense tout faire mal, mais elle le fait avec beaucoup d’amour. Audrey est d’ailleurs interprétée par Alison Bell qui réalise Super Mamans aux côtés de Sarah Sheller.

Pour être totalement honnête avec vous, cette série m’a fait passer du rire aux larmes. J’ai tellement ri en me disant « Mais c’est tellement trop ça! ». Mais également un soir de grande fatigue après une journée où notre petit écureuil a été particulièrement vif, j’ai aussi eu ma petite larme en me disant également »Mais c’est tellement trop ça! » Cette série fait du bien car on se sent un peu moins seule en tant que parents parfaitement imparfaits. Il est parfois un peu difficile de se confier et de dire qu’on n’y arrive pas, qu’on est fatigué et qu’on en a marre. On se sent coupable car on les aime en même temps plus que tout au monde nos petites têtes blondes. Super Mamans est une véritable thérapie.

Par contre, je préfère vous le préciser: c’est une série australienne qui n’est pas en français. C’est en anglais sous-titré en français. super Mamans (The Letdown) est disponible depuis le 21 avril sur Netflix. N’hésitez pas à me faire part de vos réactions si vous l’avez vu en commentaire.