Super-Super-Renard : Gentil comme l’escargot – Leçon 1

À quoi voit-on que son enfant grandit? Bien sûr, ses vêtements deviennent trop petits… Bien évidemment, il change de niveau scolaire… Mais aussi: les lectures changent ! Depuis quelques mois maintenant, Petit Écureuil s’intéresse aux bandes dessinées. On a commencé gentiment avec les vieux « Boule et Bill » de mon enfance ainsi que « Les Lapins Crétins » que nous avions acheté au Futuroscope. Maintenant, il adore les bulles en tout genre. Voici un de ses derniers coups de cœur « Super-Super-Renard : Gentil comme l’escargot » récemment sorti chez Gautier Languereau.

Gentil comme l'escargot - Leçon 1

Petit point sur les personnes qui se cachent derrière ce livre. Il y a tout d’abord Christine Beigel, une auteure jeunesse incontournable. C’est elle qui a par exemple écrit toute la collection de livres « Mamie Poule ». Et côté illustration, nous ne sommes pas en reste également. Les dessins sont signés par Hervé Le Goff. Je suis sûre que si vous prêtez attention aux noms sur vos livres jeunesse, vous risquez de tomber chez vous sur d’autres livres illustrés par ses soins. Il travaille en l’occurrence pour les maisons Hachette jeunesse, Le Père Castor Flammarion, Gautier-Languereau, Milan… 

« Gentil comme l’escargot – Leçon 1 » raconte donc l’histoire d’Adémar, un renard un peu méchant et rusé qui atterrit dans une école de super-super-animaux. Mais dans cette école, il faut devenir super-super-gentil ! Il va rencontrer alors plein de personnages charismatiques: Maître Yakadi un professeur très zen, Sushi une jeune chatte jalouse et moqueuse, mais aussi un escargot qu’il devra prendre en exemple et trimballer avec lui tout au long de ses aventures.

Ce n’est pas simple d’aller contre sa nature, et pourtant Adémar va faire un long travail sur lui-même. Il devra apprendre à contrôler son langage avec des fourmis… Il va apprendre à réfléchir avant d’agir et ne pas faire preuve de violence avec un ours et un taureau… Ou encore, il va apprendre à partager avec une orque…

Un livre assez long. Comptez 64 pages. Mais rassurez-vous, vous pouvez faire des pauses puisque cette bande-dessinées est découpée en 6 chapitres. La couverture a des rabats, ce qui permet de faire facilement un marque-page pour ne pas se perdre.

C’est une formidable alliance entre des textes courts et drôles et des dessins plein de couleurs et modernes. Je suis sûre qu’il plaira aux jeunes amateurs de BD. Vous le trouverez en librairie (Click and Collect) au prix de 9,95 euros. Et j’ai envie de dire: vivement la leçon suivante de « Super-Super-Renard »!

Bienvenue dans ma maison zéro déchet

En ce moment, je ne vous cache pas que j’ai un peu le moral dans les chaussettes. Entre le coronavirus, la menace attentat, le réchauffement climatique et j’en passe… Je n’arrive pas à voir quelque chose de positif en dehors de ma famille. Mais je vous assure qu’à notre échelle, il y a des choses que nous pouvons faire: respecter les gestes barrières, se respecter les uns les autres et faire attention à nos déchets. Et pour que les choses changent demain, il faut éduquer nos enfants dans cette direction. Comme vous le savez, je m’appuie pour cela énormément sur les livres. Aujourd’hui, je vous ai sélectionné une nouveauté de chez Larousse Jeunesse « Bienvenue dans ma maison zéro déchet ».

Bienvenue dans ma maison déchet

Dès la première vue, avant même de le tenir en main, j’ai été séduite par ce grand format en forme de maison et ses pages cartonnées pour plus de solidité pour les plus petits. Ce n’est pas la première fois que Julie Niel-Villemin écrit sur ce sujet. Mais c’est la première fois pour de si jeunes lecteurs. Elle a déjà sorti, chez Larousse également, « 101 règles d’or de la Green, Attitude » ainsi que « Les 50 règles d’or zéro déchet ».

Bienvenue dans ma maison déchet

Nous allons faire la connaissance de Louise. Dans sa maison, il n’y a pas de poubelles. Cela paraît incroyable et pourtant c’est vrai. Un week-end, elle invite à la maison tous ses copains d’école qui veulent visiter sa demeure. Ils sont intrigués par sa façon de vivre et veulent en savoir plus.

Bienvenue dans ma maison déchet

À travers une petite histoire très mignonne, nous allons faire le tour de la maison de Louise. Nous allons visiter sa salle à manger, sa chambre, sa salle de bain, sa cuisine, son jardin ou encore son potager. Sur chaque double page, une pièce différente où vous trouverez des rabats qui expliquent comment il est possible de réduire ses déchets. Pour vous donner quelques exemples, on nous explique que lorsqu’on ne veut plus d’un jouet, on peut le donner à un copain, l’échanger ou pourquoi pas le vendre dans une bourse… On nous conseille d’utiliser du dentifrice solide car cela évite d’acheter des tubes en plastique et il est même possible de le fabriquer soi-même… Ou encore qu’il est préférable de se servir de paille réutilisable en verre ou en métal pour limiter la quantité de plastique dans la nature.

« Ma maison zéro déchet », un ouvrage très bien pensé pour les enfants entre 2 et 5 ans. Vous le trouverez en librairie (enfin en Click and Collect en ce moment) au prix de 14,95 euros.

Imagine que tu es dans l’espace

On ne peut pas se le cacher, on vit une période très anxiogène. On nous parle à longueur de journée de coronavirus, d’attaques terrorisme, de réchauffement climatique, et j’en passe des meilleurs. Je ne sais pas vous, mais moi je me sens beaucoup plus fragile moralement sur ce deuxième confinement que sur le premier. Mais nous devons protéger nos enfants… Faire en sorte qu’ils ne ressentent pas les angoisses des parents… Leur donner du baume au cœur pour qu’ils aient l’enfance la plus douce possible. Et pourquoi pas utiliser la relaxation pour les aider? Je vous parle aujourd’hui d’un ouvrage bienveillant qui vient tout juste de sortir aux Éditions Père Castor : « Imagine que tu es dans l’espace ».

Imagine que tu es dans l'espace

Ce n’est pas un livre comme les autres. Ce sont 7 histoires pour se détendre pensées par Lise Bilien (professeure de Yoga et Shiatsu à Paris) et Stéphanie Desbenoit. Pour cela, vous avez un CD avec 50 minutes de relaxation. Le livre est plus ici un support visuel pour ceux qui aiment s’échapper avec de jolies illustrations mais il n’est pas nécessaire au moment de l’écoute. Personnellement, je préfère même fermer les yeux et essayer de me laisser transporter par la douce voix qui mène à la méditation et la musique apaisante.

7 histoires donc sur le thème de l’espace dont l’enfant est le héros. On s’adresse directement à lui en utilisant le pronom « tu ». Par des phrases simples et guidées, on l’amène à travailler son imaginaire grâce à la respiration, à la méditation de pleine conscience, à la sophrologie et au yoga du sommeil. Cela permet également aux plus jeunes de prendre conscience de leur corps et de leurs sens.

Le thème de ce livre-cd est donc l’espace. Plusieurs scénarios pour détendre les enfants. Il va pouvoir se transformer en astronaute qui pose ses pieds sur la lune et qui ramasse des cailloux lunaires… Il va pouvoir s’imaginer en grand et puissant soleil… Ou encore se transformer en planète lointaine dans une autre galaxie…. 7 histoires en tout pour glisser dans les bras de Morphée.

Ce livre-cd de relaxation s’adresse aux enfants à partir de 6 ans. Pour ceux qui ne sont pas très inspirés par l’espace, sachez qu’il existe d’autres ouvrages dans la même collection: « Imagine que tu es un animal », « Imagine que tu es dans la nature », et enfin « Imagine que tu as des super-pouvoirs ». Des livres qui font du bien que vous trouverez dans le commerce pour 13,50 euros.

Interview de parent instagrameur : Cocon Schooling

Mercredi, c’est l’interview de parent instagrameur! J’ai bien eu peur que ce rendez-vous n’ait pas lieu cette semaine car j’ai eu un souci de blog. Il a été complètement bloqué et j’ai du appeler mon fournisseur qui me demandait de l’argent pour me débloquer… Heureusement, j’ai un super mari qui m’a dépatouillé tout cela. Cela aurait été dommage car je n’aurais pas pu vous présenter ce compte si inspirant : Cocon Schooling. Je voulais vraiment mettre Tatiana en avant car c’est une Maman vraiment dévouée à ses deux filles, qui leur fait faire plein d’activités enrichissantes.

Cocon Schooling

1- Bonjour Cocon Schooling. Merci d’avoir répondu présente pour cette interview. Peux-tu te présenter en quelques lignes?


Coucou ma belle, merci à toi de m’avoir proposée cet interview, ça me touche beaucoup, moi qui te suis depuis quelque mois. 
Alors moi c’est Tatiana, maman à plein temps de deux puces, Shérine 4 ans et demi en MS ief et Maya 2 ans en TPS ief. Je suis enceinte d’un petit prince pour le mois de Mars. J’habite dans un appartement mais honnêtement on peut vraiment bien s’amuser dedans, j’ai coupé le salon en deux pour faire une partie pièce à vivre, et l’autre salle d’activités/de classe. On a un petit balcon, ce qui nous permets de faire pousser des petites herbes aromatiques et des tomates, elles l’appellent leur petit jardin, et aiment beaucoup en prendre soin. J’ai créé mon site www.cocon-schooling.fr pendant le premier confinement, à fin de partager gratuitement tous les supports PDF que j’utilise pour mes filles. C’est aussi une plateforme ou je partage comme sur insta des idées d’activités, des bons plans etc…

Cocon Schooling

2- Tu pratiques du co-schooling à la maison avec tes enfants. Peux-tu nous dire ce que c’est pour toi et comment tu le pratiques?


Le co-schooling, c’est faire des activités qui font travailler l’enfant en dehors de l’école, et pour moi la base c’est que ça passe par le jeu!
J’ai débuté les activités avec ma grande vers ses 2 ans, puis plus du co-schooling quand elle a grandi. Dans le même esprit je poursuis avec ma petite en binôme avec la première. J’adapte les ateliers de Shérine au niveau de Maya pour qu’elles travaillent les mêmes thèmes, elles aiment tout faire ensemble malgré les disputes quotidiennes. 
Pour la petite histoire ma grande à fait son année de PS l’année dernière en école maternelle, puis comme tout le monde avec le confinement on s’est mises à l’ief. Cette année elle est rentrée en MS et à fait au bout de quelques jours une phobie scolaire incroyable, j’ai du la déscolariser et nous sommes passer du co-schooling à l’ief. 
 Je ne sais absolument pas pourquoi elle a fait cette phobie, elle m’a dit qu’elle s’ennuyait beaucoup et qu’elle en avait marre d’entendre pleurer à longueur de journée les PS qui faisaient parti de sa classe mixte. 

Cocon Schooling

3- Ton compte est très inspirant. Tu proposes énormément d’activités de manipulation. On voit que tu es une adepte de Maria Montessori. Peux-tu nous parler de l’importance de ces pédagogies alternatives? 


Je te remercie beaucoup, c’est le genre de compliments qui fait chaud au coeur, ton compte est génial aussi sache-le. Et je rêve de trouver un de tes galets hihihi si un jour tu passes par la région parisienne 😉 Maman dys diagnostiquée très tard en primaire, j’ai toujours appris de cette manière, de façon manuelle, et pas très intellectuelle. Un jour j’ai découvert une école virtuelle Montessori sur l’iPad, je l’ai montré à ma grande et on a beaucoup aimé, ce fut notre premier pied mis dans ce monde. Après on est passé sur la pratique, j’ai acheté la tour rose, et quelques petites choses mais au final je me suis vite rendu compte que l’on peut faire beaucoup voir tout à la maison avec ce que l’on a. Je ne suis pas du tout 100% Montessori, je prends ce que j’aime et ce qui est adapté à mes puces, et je le fais dans toutes les pédagogies et je jette tout ce qui me déplais ou je l’adapte à notre mode vie. 

Cocon Schooling
Cocon Schooling

4- Comment t’organises-tu pour mettre tout ça en place avec tes enfants? 


Avant avec le co-schooling j’avais toutes mes matinées pour préparer car Shérine était à l’école, mais maintenant avec l’ief c’est totalement different. Je suis obligée de suivre un certain cadre, enfin du moins pour une meilleure gestion j’essaie vraiment que tout soit carré et de ne cumuler aucun retard. Je pense que la base pour bien gérer c’est de tout programmer, que ce soit l’école, ou la maison, éviter de remettre les choses au lendemain, peu importe le domaine. Je me laisse des notes pour tout, je liste je coche et je n’abandonne aucune mission. Le week-end je prépare le thème de la semaine, et chaque soir je peaufine pour la journée qui suit. On fait également chaque jour des cahiers d’activité pour suivre le niveau, et je consulte beaucoup le quotidien des maitresses MS et GS.

Cocon Schooling

5- En cette période de confinement, nous cherchons tous des occupations à faire à la maison avec nos enfants. Aurais-tu une idée à nous donner facile à mettre en place?


Ce que je conseille à tout le monde c’est de réapprendre aux enfants à aimer leurs jouets de façon différente, ex avec des Duplo on peut faire de la construction mais aussi: du tri de couleurs, de la motricité avec des pipettes et les petits trous, de la peinture, des empreintes, des maths, du dénombrement etc…
Et jouer avec des choses simples, franchement on ne sort plus assez nos enfants en forêt, on ne prend plus le temps de les laisser observer la nature etc.. 
Avec Instagram il y a des nouvelles idées chaque jour, c’est vraiment top, donc on ne peut pas être a court. 
Il faut aussi penser à bouger physiquement, faire des petits parcours de motricité etc…

Cocon Schooling
Cocon Schooling

6- Et enfin, peux-tu nous citer tes comptes Instagram chouchoux?

 
Bah écoute déjà le tien ! Je suis fan, et au delà du compte la belle personne que tu es. Apres les personnes que je suis vraiment quotidiennement j’en ai beaucoup honnêtement : Sandra maternelle, leveil sur un plateau, mon petit souk d’idées, la maternelle pailletée, Sarah maternage, Family 213ief, tony apprend avec maman, paillettes et imagination … Franchement je ne peux pas tous les dire car il y en a beaucoup !!!

Cocon Schooling

Merci énormément à Cocon Schooling d’avoir joué le jeu des questions/réponses. Je vous avais bien dit qu’elle était inspirante ! Foncez donc vous abonner à son compte. Et en attendant de découvrir qui sera à l’honneur la semaine prochaine, n’hésitez pas à lire ou relire les précédentes interviews:

La Belle Aventure – Gautier Languereau

Le gouvernement vient de placer les librairies en magasins non essentiels alors que Confo, Gifi, Intersport et bcp d’autres sont ouverts… La culture est une nécessité pour nourrir son âme. Elle créé le lien sociale qui est essentiel pour survivre en temps de crise. Alors je sais bien qu’il est plus difficile d’acheter de nouveaux livres en ce moment. Mais pensez au click and Collect ! Voici d’ailleurs une nouveauté qui devrait vous plaire de chez Gautier Languereau « La Belle Aventure » de Gérald Guerlais.

La Belle Aventure - Gautier Languereau

Vous allez faire la connaissance d’un petit garçon qui passe toutes ses vacances chez son grand-père. Il adore ce moment avec son Papi. Sa maison est tellement pleine de souvenirs, il y en a partout. Mais le souvenir qu’il préfère c’est une photo de son Papi plus jeune avec sa Maman enfant qui pose au sommet d’une montagne à côté d’un magnifique totem. Lui aussi aimerait vivre de telles aventures !

La Belle Aventure - Gautier Languereau

C’était décidé! Son Papi allait l’amener au même endroit pour prendre la même photo avec son petit-fils. Mais pour cela, il faut une tenue d’aventurier. Papi s’y connaît très bien et est prêt à faire des kilomètres et des kilomètres pour trouver l’équipement idéal. Les voici donc partis tous les deux, à pieds (interdiction de prendre la voiture ou les transports en commun) parcourant toute la région et même le pays limitrophe pour aller chercher chaussures, chaussettes, écharpe, chapeau, manteau.

La Belle Aventure - Gautier Languereau

Une fois tout l’équipement trouvé, ils partent donc en montagne reproduire la même photo qu’autrefois. Mais les années sont passées et le paysage a été modifié. Pas de problème pour ce Papi et son petit-fils qui réussissent à franchir les difficultés et reproduire quasiment la même photo.

Un livre qui a énormément plu à notre fils. Quand je lui ai lu la première fois, il avait peur que ce soit un livre de la bibliothèque qu’il devra rendre un jour. Il était soulagé de savoir que c’était à lui. Une véritable histoire d’amour entre un grand-père et son fils. Les enfants ont une soif d’aventure et aiment les histoires qui les font voyager. Quant aux illustrations, elles sont splendides ! « La Belle Aventure », un ouvrage que vous trouverez au prix de 14 euros.

Ces femmes incroyables qui ont réalisé leurs rêves

S’il y a bien une chose que j’apprends à notre fils, c’est l’égalité. Nous sommes tous égaux quelque soit notre couleur de peau, notre religion, notre orientation sexuelle, notre sexe… Je m’appuie énormément sur les livres pour ouvrir les discussions avec lui. Je ne brûle pas mes soutiens-gorge sur la voie publique, mais je trouve qu’il est important d’éduquer nos petits garçons dans le respect des femmes. Elles sont capables d’autant de choses que les hommes. Et j’étais ravie quand j’ai vu cette sortie littéraire aux Éditions Kimane : « Ces femmes incroyables qui ont réalisé leurs rêves ».

Ces femmes incroyables qui ont réalisé leurs rêves

Dans cette ouvrage, vous allez découvrir des femmes courageuses qui ont été pionnières dans leur domaine. Et ça n’a pas été simple pour elles. Parfois même, ce fut au péril de leur vie. Elles avaient de grands rêves et elles ont voulu les accomplir. Et beaucoup de choses ont changé aujourd’hui grâce à ces femmes fortes !

Alors bien sûr, je vais pas vous citer toutes ces femmes parce qu’il y en a trop mais je vais vous citer quelques unes que vous allez rencontrer au fil des pages.

Vous avez par exemple le portrait de Katia Krafft. Elle était vulcanologue, une des rares femmes à exercer ce métier. Elle étudiait les dangereux volcans. Elle a risqué sa vie pour réaliser des photos , des films et des observations scientifiques spectaculaires. Malheureusement, elle est décédée en 1991 avec son mari dans une terrible éruption au Japon.

Vous allez en savoir également un peu plus sur Katherine Johnson, une mathématicienne extraordinairement douée. Elle a d’ailleurs travaillé pour la NASA. Mais ce n’était pas simple dans les années 50 d’être une femme dans la NASA. Impossible pour elle d’assister à une réunion importante. Heureusement en 1962, l’astronaute John Glen lui fit confiance pour vérifier si sa capsule pouvait décoller. Elle fut une des premières femmes de la NASA à avoir son nom et son travail mentionnés dans un rapport de recherche.

Ces femmes incroyables qui ont réalisé leurs rêves

On nous parle également des courageuses et déterminées Matchgirls. Les matchgirls se sont les allumettières, ces femmes qui travaillaient en 1880 à Londres dans une manufacture d’allumette. Leur salaire était misérable alors que les patrons croulaient sous l’argent. Elles ont tout risqué, quitte à perdre leur travail et sont parties voir Annie Besant, la militante des droit de la femme. Elle publia leur histoire. Les allumettières firent grève et au bout de deux semaines les riches patrons ont du changer leurs pratiques. Il fallait être sacrément courageuse dans les années 1880 pour aller jusqu’à la grève ! Des femmes fortes.

Ces femmes incroyables qui ont réalisé leurs rêves

Chaque double page met en avant un nouveau portrait. Autant de femmes inspirantes qui montrent qu’avec de la détermination, tout est possible. Les femmes doivent souvent plus se battre que les hommes pour arriver à leur rêve. Mais tout est possible.

Un livre très inspirant que je conseille à partir de 7 ans. Il en existe plusieurs dans la collection « Ces femmes incroyables qui ont changé le monde », « Ces femmes incroyables qui ont changé l’histoire », ou encore « Ces femmes incroyables qui protègent la planète ». Vous les trouverez dans le commerce pour 9,95 euros.

Tourbille la sorcière à l’aspirateur

Connaissez-vous les Éditions du Jasmin? J’avoue que je les ai découverts l’année passée lors du salon du livre de Mouans-Sartoux. Je leur avais acheté d’ailleurs un livre ou deux. J’ai eu la chance d’échanger un peu avec eux et ils m’ont fait découvrir d’autres ouvrages qu’ils éditent et je tenais à vous en parler. Aujourd’hui, je vous présente « Tourbille la sorcière à l’aspirateur ».

Tourbille la sorcière à l'aspirateur

Quelques mots pour commencer sur cette maison d’éditions car je suis sûre que tout le monde ne la connait pas. Leur but est de faire connaître des cultures du monde entier notamment au travers de contes, de livres bilingues, de récits de voyage et d’essais. Elle existe depuis 1997 et propose des livres aussi bien pour la jeunesse que pour les adultes.

Ici, c’est un blog de Maman. Du coup, je vais m’attarder sur un de leur livre pour enfants que nous avons apprécié tout particulièrement « Tourbille la sorcière à l’aspirateur ». C’est l’histoire d’une méchante sorcière qui se prénomme Tourbille. Ici, elle n’a pas un balai pour voler mais un aspirateur maléfique. Elle survole la ville sur son appareil et aspire tout sur son chemin : enfants du jardin, chatons, papillons, canards….

Mais à chaque fois, elle en oublie dans un coin:

  • 1 petite fille
  • 2 chatons
  • 3 papillons
  • 4 canards
  • 5 poissons

De quoi travailler les chiffres avec son enfant tout au long de la lecture. Il y a même des petits jeux de cherche-et-trouve pour rythmer l’histoire. Notre Petit Écureuil a tout particulièrement apprécié ce principe.

Heureusement, Myrtho, la petite fille oubliée dans le jardin par la vilaine sorcière, est rusée. Elle trouve le moyen de libérer tous les prisonniers.

« Tourbille la sorcière à l’aspirateur », un livre que je conseille à partir de 4 ans voir 5 ans selon les enfants. Vous en aurez pour votre argent puisque cet ouvrage fait tout de même 44 pages de lecture. Comptez 15 euros.

Vos enfants aiment-ils les histoires de vilaine sorcière ? Dites-moi tout en commentaire.

Interview de parent instagrameur : Mamaz and Co

Encore une personne que je voulais vous mettre à l’honneur depuis un moment sur le blog. Nous avons plein de choses en commun: je suis une ancienne animatrice radio (métier que j’ai exercé pendant 14 ans); et elle, elle travaille avec sa voix. J’ai fait du théâtre quelques années… Elle en fait depuis petite et en fait son métier. Une Maman avec qui je partage plein de valeurs et que je suis heureuse de vous présenter aujourd’hui. Elle était dans l’éducation nationale et a décidé d’en partir. Elle nous explique pourquoi. De qui s’agit-il? De Mamaz and Co bien sûr ^^

Mamaz and Co

1- Bonjour Mamaz and Co. Merci d’avoir répondu présente pour ce rdv. Peux-tu te présenter en quelques lignes?


Je m’appelle Anais, j’ai 33 ans. Je suis mariée, j’ai 2 enfants, Sorente qui a 5 ans et Anaelle qui a 3 ans. J’ai choisi de m’appeler mamaz and co sur mon profil parce que je suis plusieurs femmes en 1. Je suis une passionnée de pédagogie, de matériel pédagogique mais aussi d’éducation. Je suis aussi une passionnée de littérature jeunesse, de théâtre, de voix off et je suis un poil féministe sur les bords. Enfin, j’adore l’architecture, l’art et la décoration d’intérieur. J’ai refait tout mon appart avec mon mari.

Mamaz and Co

2- Tu as un profil assez atypique. Tu fais beaucoup de choses. Et tu as fait plusieurs vies en une. Tu étais d’ailleurs dans l’éducation nationale avant. Pourquoi avoir quitté ta fonction d’enseignante?


J’ai été professeure des écoles pendant 9 ans en Seine Saint Denis. Je me sentais oppressée par un système qui ne me convenait pas. J’ai commencé très jeune. La première année, j’étais Brigade, je devais remplacer des stagiaires comme moi dans tout le département. RER à 5 heures du matin, écoles ZEP, REP+++, je prenais sur moi. Ensuite pendant 3 ans, j’ai été ZIL c’est à dire remplaçante dans toutes les écoles d’une seule et même ville. Un jour petite section, le lendemain cm2… Aucun moyen de créer du lien avec les enfants. Je détestais ça. Le pire? j’étais bonne dans ce que je faisais alors on me donnait les classes où les enseignants craquaient. Et moi j’accumulais beaucoup de stress. Enfin, toutes les autres années, j’ai réussi à avoir une classe dans une école. Malheureusement, je suis tombée avec une directrice qui n’avait pas du tout la même façon de voir l’éducation que moi. elle avait « ses têtes » et j’ai subi 4 ans de harcèlement moral de sa part. L’inspecteur était au courant et m’a même avoué « Nous savons comment elle est mais ne faisons pas de vague. Nous ne pouvons pas faire grand chose ». Bref. Malgré tout, j’ai adoré mon travail mais entre les heures de transports, le fait de ne pas pouvoir choisir mon poste, ma ville, mon niveau de classe ou même mon département (concours)… Cela me rendait dingue. il me fallait attendre environ 20 ans pour espérer changer de département. Cela déteignait fortement sur ma vie de couple. j’ai fait le choix de la santé mentale et j’avais besoin de donner plus de temps à mes enfants. 

Mamaz and Co
Mamaz and Co

3- Toi qui a travaillé dans l’éducation nationale, à ton avis, qu’est-ce qui serait radicalement à changer et comment le faire au sein de l’école pour que les enfants s’y sentent mieux?


Vaste question, je pourrais écrire un livre entier sur ça mais c’est tout un système à repenser comme
– Enlever ce CDI qui bloque les gens et informer sur les mobilités de carrière,- Arrêter de demander constamment des écrits aux profs, alléger le côté administratif,- Laisser les profs choisir leurs formations et proposer de vraies formations comme dans les entreprises. « prise de parole », « team building » « psychologie de l’enfant »,  » le développement de l’enfant âge par âge »…
– Arrêter de gérer les profs comme des numéros de listes qu’on déplace mais plutôt comme des humains,- Arrêter cette bêtise de « Pas de vague » et parler des problèmes pour les résoudre,- Faire confiance en ses équipes,- Créer de vraies postes d’infirmières, de psychologues, d’éducateurs, de psychomotriciens DANS les écoles,- Permettre aux profs d’avoir de VRAIES pauses dans une journée et pas un café dans le froid, dans la cour AVEC les enfants.
– Arrêter d’ajouter des lignes aux programmes et ne pas taper sur les doigts des profs s’ils ne font pas 4h45 de français comme demandé. Laisser les profs mener leurs journées selon la fatigue, l’énergie qui se dégage dans la classe et non un programme pré-établi ( prendre en compte la période sensible des élèves)
– Donner des heures de réunions aux profs pour créer de vraies projets en équipes, avoir l’occasion de parler des élèves et de leurs progrès ou encore créer du matériel,
– Tenir RÉELLEMENT compte du rythme des enfants, si l’enfant ne veut pas aller en récréation à 10h03 est-ce si grave?
– Laisser le prof choisir son mobilier de classe ainsi que son matériel,
– Arrêter la compétition en tout genre entre élèves, entre genres, entre écoles… et proposer des activités (former les enseignants dans ce sens) pour que les enfants donnent du sens à leurs apprentissages (Oui, j’adore Montessori)
– Mettre l’enfant au coeur de son apprentissage et non le prof au coeur de son apprentissage,- Laisser les parents venir voir un un moment de travail en classe. Moi je demandais aux parents de venir aux APC (ma directrice ne comprenait pas). Il y avait plusieurs ateliers, les enfants choisissaient un atelier individuel et expliquaient à leur parent ce qu’ils faisaient et pourquoi ils le faisaient. C’était le moment pour moi de justifier mes observations et de montrer mes « solutions ». Il faut savoir que lorsqu’un prof détecte une difficultée, les parents sont souvent démunis face à l’annonce de cette nouvelle. On leur demande d’aller voir des spécialistes mais ils ne comprennent pas pourquoi ça ne fait pas partie du travail du prof. On n’a même pas le droit de leur donner des adresses de spécialistes, on les laisse se débrouiller seuls.

4- Peux-tu nous parler un peu plus de ce que tu fais en tant que comédienne et conteuse?

Je suis comédienne depuis toute petite et j’en ai fait mon métier à part entière aujourd’hui. En quittant l’Education Nationale, j’ai rencontré  une super maman à la crèche de mon fils. Cette femme s’appelle Camille, elle est scénographe. Nous avons eu un coup de coeur professionnel l’une pour l’autre et nous avons créé la compagnie de spectacles « Les dents et au lit… » Nous reprenons des best seller de littérature jeunesse que nous adaptons en spectacles immersifs, multisensoriels et pédagogiques. J’ai à coeur de laisser l’enfant vivre le spectacle au milieu des comédiens puis de pouvoir déambuler dans les décors à la fin du spectacle. Je reprends « La chenille qui fait des trous » dans mon premiere spectacle ( en partenariat avec HOPTOYS) et là, je travaille sur un conte de Noel avec @pointilleuse en Kamashibai ainsi qu’un autre spectacle en cours d’écriture sur les émotions. (avec @annesophieplat et @oceanenb). 
Nous jouons dans les crèches, les écoles maternelles, les centres de loisirs, les centres d’animations, les hôpitaux et même pour les Noel d’entreprises. Pendant le confinement, nous avons développé des lectures ludiques et pédagogiques avec @laplateforme sur ZOOM.

Mamaz and Co

5- Tu pratiques également l’éducation Montessori avec tes enfants. Comment cela se traduit au quotidien? 


-AUTONOMIE- 
– Tout est à portée de main dans la chambre de mes enfants. j’alimente la chambre et eux n’ont plus qu’à se servir. je peux mettre plusieurs mois à choisir le bon objet car je vérifie absolument toutes ses « fonctions pédagogiques » avant de l’acheter. Vinted est mon ami d’ailleurs. 
– Je fais en sorte que mes enfants puissent bouger librement dans leurs vêtements- Ils ont beaucoup pratiqué la motricité libre- Je suis à l’écoute de leurs périodes sensibles avec l’achat de livres, des visites au musée, des sorties selon ce qu’ils me disent- Quand ils font les courses avec moi, ils ont chacun leur panier, ils choisissent les aliments avec moi, les posent sur le tapis roulant et vont ranger leur panier. ils déchargent les courses avec moi (3 et 5 ans)
– On lit beaucoup de livre avec une richesse de vocabulaire. Il ont tout le vocabulaire nécessaire pour bien se faire comprendre.- Ils s’habillent, se lavent les dents seuls grâce à des marche-pieds un peu partout dans l’appartement.

6- Et pour finir, quels sont tes comptes Instagram chouchous?

Ouh…j’en ai plein!@lamaisonde pati @pointilleuse
@moutonalafraise @septaunid @zoedelacases @mavietrepidantedemaman @enfancejoyeuse @perentepuise @emiliechoufleurlajolie @laplateforme_ @hoptoys @lapicorette @michael augusto @bougribouillon @etdieucrea

Mamaz and Co

Merci du fond du cœur à Mamaz and Co d’avoir joué le jeu des questions/réponses. Foncez vous abonner à son compte. En attendant de découvrir qui sera à l’honneur la semaine prochaine sur le blog, n’hésitez pas à lire ou relire les précédentes interviews:

« La brigade anti-écrans » nouveauté Gautier-Languereau

Je ne vous apprends rien en vous disant que les écrans ne sont pas vraiment conseillés pour les enfants. C’est très addictif et cela peut provoquer des troubles de la concentration. Je ne vous dirai pas que chez nous c’est 100% sans écran. Cela serait vous mentir. Cependant, nous limitons. Il ne regarde pas la tv les jours d’école et les jours où il n’a pas cours il regarde uniquement le matin après le petit déjeuner… Nous n’avons pas de tablette (enfin si… un Ipad 1 qui ne marche pas très bien qu’il utilise uniquement quand on est dans un long trajet pour partir en vacances) et nous n’avons pas encore cédé à la Switch (on lui promis l’année prochaine pour ses 6 ans). Malgré tout, nous pouvons constater que les écrans ont une grande emprise sur lui. Alors j’étais ravie lorsque j’ai vu cette nouveauté de chez Gautier-Languereau : « La brigade anti-écrans ».

La brigade anti-écrans

Nous retrouvons donc Inès qui appelle à l’aide la BAE. Comprenez par là la Brigade Anti-Écrans, une équipe de choc qui est là pour aider les enfants à lever le nez de leur écran. Et Inès se sent désemparée: son frère Émile a les yeux rivés sur son téléphone, sa tablette et ses jeux vidéos depuis des semaines.

La brigade anti-écrans

Toute la brigade est au complet pour essayer de faire réagir Émile. Et je vous avoue que ce n’est pas une mince affaire. Gaspard le lézard a beau faire exploser son paquet de céréales du matin, il ne bouge pas la tête de son écran… Rémi l’ours polaire arrive à l’école en ours-orchestre et chante à tut-tête « J’aime la galette », Émile observe toujours son téléphone… Un troupeau de licornes en tutu lui font un vrai show de danse sur le chemin de chez lui; rien n’y fait ! Émile ne se rend compte de rien et continue de jouer à la Switch… Il se fait même enlever par les extraterrestre… Il est toujours dans son monde connecté et ne voit rien ! La brigade anti-écrans est formelle : ils n’ont jamais vu un cas aussi désespéré.

La brigade anti-écrans

Mais Inès décide de lui montrer sur son ordinateur tout ce qu’il a loupé aujourd’hui. Et c’est le choc pour Émile et il décide de prendre de bonnes résolutions ! Maintenant il reste à déconnecter le Papa qui est aussi bien accroc au jeux vidéos. Émile appelle à son tour la BAE pour désintoxiquer son papa !

Ce livre a énormément plu à notre fils. D’une part, c’est totalement le genre d’illustrations qui lui plaisent. C’est coloré, c’est moderne et drôle ! Mais surtout, c’est un ouvrage qui a permis d’ouvrir le dialogue avec notre fils. Il a pu constater de lui-même que quand on a trop le nez dans les écrans, on loupe beaucoup de belles choses de la vie ! Mais ce message est aussi valable pour les parents qui ont une fâcheuse tendance à rester un petit peu trop sur les réseaux sociaux au lieu de s’occuper de leurs enfants 😉 « La brigade anti-écrans », en librairie depuis peu au prix de 10,95 euros.

La brigade anti-écrans

Vos enfants ont-ils accès aux écrans à la maison ? Si oui, sont-ils limités? Dites-moi tout en commentaire.

Escape Game – Les P’tites Poules perdues

Dans la Famille Écureuil, nous sommes absolument fans de la collection de livres « Les P’tites Poules » créée par Christian Jolibois et Christian Heinrich. On les a quasi tous à la maison. C’est très drôle, que ce soit pour l’enfant qui l’écoute ou pour le parent qui le lit. C’est plein de jeux de mots et de références bien travaillées. Après le premier confinement, j’ai eu un grand besoin de me réfugier chez Cultura. J’y ai trouvé un escape game « Les P’tites Poules perdues » qui venaient tout juste de sortir. Je ne pouvais pas passer à côté et forcément, je l’ai acheté pour mon fils. Mais le temps passe vite et quand on a été enfermés pendant de longues semaines, on a plus envie de se retrouver dehors au grand air qu’à jouer à la maison. Deuxième confinement de commencé, nous avons donc sorti ce jeu pour nous occuper. Et grand succès !!!

Escape Game - Les P'tites Poules perdues

On reprend bien sûr nos personnages préférés. Vous allez retrouver Carmen, Carmélito et Bélino. Et figurez-vous qu’ils se sont trop éloignés de leur poulailler et se sont perdus. Ils sont incapables de se mettre d’accord sur la direction qu’il faut prendre pour rentrer chez eux. Ils vont trouver alors refuge dans une grotte… Vous avez alors 45 minutes et pas une de plus pour aider nos 3 amis à rentrer chez eux. Saurez-vous les aider?

Dans cet escape game, vous trouverez donc 40 cartes dont certaines qui sont à cacher dans votre chez-vous, un poster/plan pour vous indiquer le chemin à suivre, ainsi qu’un manuel avec le scénario et les réponses. On vous offre également une bande son de 45 minutes qui accompagnera les joueurs pendant toutes leurs recherches.

Pour jouer, il vous faudra être minimum 3 personnes : deux joueurs et un conteur. Choisissez correctement le conteur car plus il participera avec vous, plus ce sera drôle. Les participants auront donc 7 énigmes à résoudre afin de retrouver le chemin du poulailler. Attention, l’enfant doit être déjà lecteur pour pouvoir participer à tous les petits challenges. C’est pour cela qu’il est noté à partir de 7 ans sur la boîte. Simon a 5 ans mais est au CP et se débrouille en lecteur donc ça allait mais je l’ai tout de même aidé sur pas mal de petits points.

Nous avons réellement passé un agréable moment. Petit Écureuil était plus que ravi de cette expérience. Il n’y a par contre qu’un seul scénario d’escape Game dans ce coffret des P’tites Poules. C’est peut-être mon seul regret car finalement, une fois qu’on y a joué, on connait les réponses. Mais le prix est raisonnable pour passer un bon moment. Cela peut être aussi une animation possible lors d’un anniversaire à la maison avec plusieurs enfants. « Escape Game – Les P’tites Poules perdues » est au prix de 9,95 euros. Connaissez-vous les P’tites Poules? Dites-moi tout en commentaire.