Un jour mon prince viendra – Talents Hauts

C’est vrai que je vous présente très peu souvent des livres que nous prenons à la bibliothèque. Cela arrive, mais un peu trop rarement… C’est un tord car j’y déniche souvent de petites pépites. Aujourd’hui, j’avais envie de vous présenter un ouvrage qui parle d’un sujet très peu abordé auprès des jeunes lecteurs : l’homosexualité. Voici donc « Un jour mon prince viendra » de Agnès Laroche illustré par Fabienne Brunner , sorti chez Talents Hauts.

Un jour mon prince viendra - Talents Hauts

Nous avons tous un jour entendu l’histoire de la belle et jolie princesse qui embrasse un jour un crapaud et celui-ci devient un beau prince. Forcément, ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Cette fois-ci, nous nous plaçons du point de vue du batracien. Il était une fois donc un crapaud qui s’appelait Philémon. Il vivait sur un rocher confortable, au bord d’un étang, avec plein de mouches et de moustiques pour satisfaire ses repas. Il avait tout pour être heureux ou presque…

Ses parents lui ont toujours dit qu’un jour, il recevrait un doux baiser qui ferait de lui un prince charmant. Il en a vu des princesses… Elles ont toutes défilées pour l’embrasser. Mais à chaque fois le même constat: rien ne se passa… De plus, elles n’étaient pas toujours bienveillantes envers lui en le voyant rester dans sa peau de crapaud.

Il commençait à avoir le moral dans les chaussettes. Puis un jour, un charmant prince lui rendit visite. Il s’agissait du Prince Arthur de Belle-Allure. Il était un peu déboussolé lui aussi car il ne trouvait personne à aimer. Philémon se proposa de lui présenter des princesses… Après tout, il en connaissait un rayon avec toutes celles qui venaient l’embrasser, en vain. Mais le Prince Arthur de Belle-Allure lui avoua que les princesses ce n’était pas pour lui.

Il décida donc de tenter sa chance et d’embrasser notre batracien préféré. Et voilà… En un doux baisé Philémon s’est transformé en prince charmant. Ce fut comme une évidence entre eux et ils décidèrent alors de se marier et d’avoir beaucoup d’enfants.

Je sais que ce sujet peut être tabou dans certaines familles. Et pourtant, pourquoi avoir peur ou honte de l’amour ? C’est le plus doux et délicieux des sentiments. Je trouve cela important ce genre de lecture à faire avec son enfant. Cela permet d’ouvrir la conversation. Vous savez, j’aime me servir des livres pour appuyer notre éducation. Il sait ainsi que s’il aime un jour un garçon, il n’y a rien de mal et nous ne serons pas là pour le juger. Mais s’il est hétéro, il est aussi bon qu’il respecte l’autre. Ne pas avoir peur de ceux qui ne nous ressemblent pas. C’est la base d’un monde meilleur, d’un monde plus aimant et avec moins de violence.

Il y a tant d’ados ou de jeunes adultes qui se font rejeter par leurs parents… Maltraités par les autres… Le harcèlement engendre parfois des drames qui pourraient être évités.

Je suis donc heureuse de vous présenter ce livre qui est, à mon sens, d’utilité publique ! « Un jour mon prince viendra », un ouvrage que vous trouverez au prix de 14 euros.

Ma toute première enquête – Larousse Jeunesse

Je ne sais pas si c’est le cas pour vos enfants, mais Petit Écureuil est un fan absolu des livres-jeux. Il voue une passion à cela. Il faut savoir que c’est un enfant qui joue rarement seul… Fils unique, il ne veut pas s’occuper seul… Sauf: pour les livres-jeux ! Il peut y passer un temps fou en toute autonomie. Et son dernier coup de cœur est « Ma toute première enquête » de chez Larousse Jeunesse.

Ma toute première enquête - Larousse Jeunesse

Ce livre s’adresse aux p’tits Sherlock à partir de 5 ans (bon vous savez que pour moi les âges c’est subjectif. C’est ce qui est indiqué mais c’est en fonction du développement de l’enfant).

Ce n’est pas juste une succession de jeux au fil des pages, il y a une vraie histoire ! Un mystère a eu lieu à la ferme, et Sherlock Holmes a confié l’enquête à son fidèle Voyou. Mais le chien détective a besoin d’aide… Alors Il y a bien sûrs ces camarades: Maki, Kéké et Ficelle, mais Voyou a besoin également de votre enfant pour arriver à trouver le voleur.

Notez également la présence d’une loupe filtrante qui sera fortement utile aux jeunes enquêteurs pour trouver de précieux indices et découvrir qui est le coupable. En plus, cette loupe est très pratique car elle est attachée au livre avec une longue ficelle de couleur. L’enfant ne risque donc pas de la perdre et il pourra s’en servir en marque-page.

Ma toute première enquête - Larousse Jeunesse
Ma toute première enquête - Larousse Jeunesse
Ma toute première enquête - Larousse Jeunesse

Au programme de cet ouvrage : des points à relier, des labyrinthes, des rébus, des différences, des sudokus, des cherche-et-trouve, et j’en passe… Votre enfant trouvera bien sûr toutes les réponses pour s’auto-corriger en fin de livre.

Ma toute première enquête - Larousse Jeunesse
Ma toute première enquête - Larousse Jeunesse
Ma toute première enquête - Larousse Jeunesse

Petit Écureuil était déçu d’une seule chose: que ça se termine à un moment ! Dès le réveil, il était dessus… Et il avait hâte de rentrer de l’école pour retrouver son livre-jeux ! J’espère qu’ils sortiront prochainement un nouvel ouvrage dans la même collecetion. En attendant, n’hésitez pas à vous procurer celui-ci. Vous trouverez « Ma toute première enquête » au prix de 14,95 euros.

À l’école, il n’y a pas… Oui, mais… La Petite Fabrique de Livres

Sur mon blog (et sur mon Insta d’ailleurs aussi…), j’aime vous parler de livres jeunesse. Mais il n’y a pas que les grandes maisons d’édition qui sortent de belles choses. Je vous assurent qu’on trouve de belles pépites chez des éditeurs indépendants. Aujourd’hui, je vous parle de « À l’école, il n’y a pas… Oui mais… » sorti chez La Petite Fabrique de Livres.

À l'école, il n'y a pas... Oui, mais...

Ce n’est pas la première fois que je vous parle de cette maison d’éditions. Rappelez-vous, je vous avais parlé de « Emy et l’Escargot Paillette », un ouvrage qui permet d’apprivoiser les colères chez les enfants.

« À l’école, il n’y a pas … Oui, mais… », écrit par France Van Overschelde et illustré par Sabine Pruvost est un album qui parle de l’école comme vous pouvez le deviner. Il s’adresse à de jeunes lecteurs qui vont rentrer à l’école. C’est vrai que c’est une étape importante qui peut amener son lot de stress (pour les enfants mais aussi pour les parents). On n’est jamais trop préparé pour ce grand saut dans l’éducation nationale.

Sur chaque double page, vous allez avoir la crainte de l’enfant sur la gauche et de quoi le rassurer sur celle de droite. Cela commence toujours par « À l’école, il n’y a pas… » mais on contrebalance de l’autre côté avec un « oui mais… ». Exemple « À l’école, il n’a pas mes jouets préférés. Oui, mais, à l’école, il y a des jeux par milliers et tant de surprises à découvrir! ».

J’avoue que dans un livre jeunesse, je suis aussi sensible au texte qu’aux illustrations. J’aime dans cet ouvrage ce côté coloré, voir même rassurant avec ces animaux et leurs grands yeux qui font pensée à l’art kawaii. C’est typiquement le genre d’illustrations qui plait à mon fils.

À l'école, il n'y a pas... Oui, mais...

Alors si votre enfant prépare ses premiers pas en maternelle, je vous conseille fortement ce livre rassurant et bienveillant. Vous avez vu la photo un peu plus haut; je vous propose un jeu concours pour gagner un exemplaire. Pour cela, foncez sur mon compte Instagram. Je croise les doigts pour vous.

« À l’école, il n’y a pas… Oui, mais… », un superbe livre que vous trouverez pour 14 euros... N’oubliez pas de soutenir nos maisons d’éditions indépendantes ! Fouillez et lisez… Il y a tellement de belles choses à découvrir !

Pitikok et la petite poule blanche

Que j’aime les P’tites Poules ! C’est ma collection de livres préférée. Et vous le savez, car ce n’est pas la première fois que je vous le dis… Il y a quelques jours, je vous parlais du dernier exemplaire « Les P’tites Poules et la rivière qui cocotte », et je vous ai déjà chroniqué également leur escape game. Aujourd’hui, je voulais vous parler de Pitikok et tout particulièrement du dernier volet « Pitikok et la petite poule blanche ».

Pitikok et la petite poule blanche

Les plus grandes séries tv ont leur spin-off. Il y a par exemple « Friends » avec la série « Joey »… « Breaking Bad » et « Better Call Saul »…. « Buffy contre les vampires » et « Angel »… Et bien, ça se fait aussi dans le monde littéraire: « Pitikok » est donc le spin off des « P’tites Poules » !

Dans ce spin off, nous retrouvons donc Pitikok, le papa des P’tites Poules dans ces jeunes années. C’est une collection de livres avec moins de pages que « Les P’tites Poules » et se destine d’avantage aux enfants à partir de 4 ans. J’avoue que j’apprécie aussi les Pitikok car parfois on traine pour aller au lit et ils sont donc plus courts pour que je lui fasse la lecture avant de s’endormir.

Si vous connaissez bien « Les P’tites Poules » vous devez savoir que le premier livre est « La Petite Poule qui voulait voir la mer ». Nous y faisions la connaissance de Carméla qui s’était enfuit de son poulailler car elle voulait découvrir l’immensité de la mer… Elle avait atterrit dans le bateau de Christophe Colomb et était arrivée en Amérique où elle avait trouvé l’amour: Pitikok… Dans « Pitikok et la petite poule blanche », nous nous plaçons du point de vue de Pitikok… Il est en Amérique, il vit sa vie de jeune coq aventurier avec sa plume magique et il fait la connaissance de Carméla qui vient de débarquer du bateau de Christophe Colomb…

Pitikok et la petite poule blanche

Une histoire donc qui fait écho… Il plaira à coup sûr aux passionnés de ces deux collections. Mais il peut être lu également par un lecteur qui ne connait pas du tout l’histoire des P’tites Poules.

« Pitikok et la petite poule blanche », sorti récemment chez Pocket Jeunesse au prix de 6,60 euros.

Même pas peur ! aux Éditions Quatre Fleuves

Si on m’avait dit il y a un an ou deux que je lirais un jour un livre sur les virus et comment s’en protéger à mon fils, je pense que je ne l’aurais pas cru… Oui mais 2020 est passée par là ! Rien n’est plus comme avant… Les confinements et couvre-feu se succèdent… Et nous vivons dans la crainte. Est-ce une enfance sereine pour nos petits? Doivent-ils vivre dans l’angoisse? Non! C’est à nous de leur expliquer les choses et comme toujours, les livres sont une merveilleuse aide. Je vous présente aujourd’hui une nouveauté : « Même pas peur! » aux Éditions Quatre Fleuves.

Même pas peur ! aux Éditions Quatre Fleuves

Nous suivons donc Zoé, une petite fille comme tous les enfants du monde en ce moment… Elle voit et entend beaucoup de choses qu’elle ne saisit pas. Elle entend parler de la covid 19 à la télévision, à l’école, avec les grandes personnes… Mais elle ne comprend pas tout. Elle en a peur. Comment se protéger et protéger ceux qu’elle aime?

Sa Maman lui explique alors ce qu’est un virus. C’est une petite chose invisible qui rend parfois les gens malades. Mais elle lui dit aussi que les virus ont toujours existé et que pour mieux les combattre, il faut comprendre comment ils fonctionnent. Certains sont inoffensifs, et même sont nécessaires à la survie de l’homme… D’autres sont plus ou moins graves. Mais une chose est sûre: ils ont besoin d’un hôte pour circuler… Que ce soit un humain ou un animal chez qui loger.

Mais de nos jours, les virus circulent plus facilement.. Pour le travail, pour les vacances, on prend l’avion, l’avion, le train, le bus et un virus qui démarre en Chine peut se retrouver rapidement sur toute la Planète. On explique alors qu’il est donc important de se protéger. En un simple éternuement, on projette loin le virus avec nos microgoutelettes qui restent suspendues dans l’air. Dans les fêtes et les jeux, avec un bisou ou un câlin, le virus passe d’une personne à l’autre…

Mais ce n’est pas pour ça qu’il faut avoir peur outre mesure. Le livre apprend alors qu’il faut surtout faire les gestes barrières pour éviter la circulation du virus pour pouvoir s’amuser en sécurité en attendant un retour à la normal. Alors que faire? On peut faire les courses pour ses grands-parents pour que les personnes à risque évitent d’aller dans des endroits pleins de monde… On fait des visios avec les personnes vulnérables pour continuer à les voir… On prend sa température si on ne se sent pas bien et on reste à la maison…. On tousse dans son coude et non dans sa main pour éviter de donner ses virus et microbes à tout le monde… On se lave bien les main avec du savon ou à défaut avec du gel hydroalcoolique… On porte un masque que l’on change régulièrement…

« Même pas peur! » est un livre cartonné pour plus de solidité. On peut penser alors que ce livre s’adresse aux très jeunes mais en fait non. Les textes sont bien fournis et complets. C’est un livre pour les 3/6 ans. Les enfants apprécieront les rabats à soulever pour en savoir plus sur le virus.

Un ouvrage très riche en information écrit par une scientifique italienne de renommée internationale : Ilaria Capua, qui est notamment reconnue pour son travail sur la grippe aviaire et pour ses actions en faveur du libre accès à l’information génétique sur les virus émergeants. Autant vous dire que c’est une pro dans le domaine ! Avec les illustrations de Ilaria Faccioli.

« Même pas peur! », un livre d’utilité publique que vous trouverez au prix de 11,90 euros.

Fantastiques Animaux – L’Encyclopédie 100% visuelle

Forcément, j’apprécie tous les livres que je vous présente sur mon blog. Sinon, je ne prendrais pas la peine de les chroniquer… Mais il y en a qu’on aime encore plus que d’autres. C’est le cas de « Fantastiques Animaux », l’encyclopédie 100% visuelle qui vient de sortir aux Éditions Larousse. Petit Écureuil ne la lâche pas depuis que nous l’avons à la maison.

Fantastiques Animaux - L'Encyclopédie 100% visuelle

La Terre est fascinante… C’est la seule planète connue avec de la vie… Et quelle vie ! Elle est si diversifiée… De l’incroyablement petits avec les insectes, à l’incroyablement grands avec les cétacés… Au monde aérien avec les oiseaux, au monde marin avec les poissons… Des poils, des plumes, des mollusques, des 2 pattes, aux 4 pattes, aux 6 pattes, aux mille-pattes…. Notre monde est magnifique et si riche…

Plus de 2000 photographies incroyables de fantastiques animaux avec en prime des informations complémentaires en bas de page. Cet ouvrage est bien pensé avec des chapitres (invertébrés, insectes, oiseaux etc…) et des sous chapitres (étoiles de mer, papillons, libellules, etc.).

Sur chaque page, vous trouverez des encadrés avec des échelles pour vous donner une idée de la taille des animaux. Il y alors un comparatif avec les humains, soit avec la taille d’un enfant d’1m45, soit avec avec une main de 16 cms, soit avec un pouce de 3,5 cms.

C’est vraiment un ouvrage à conserver avec les années. Un enfant, qu’il ait 5 ans comme le nôtre, 10 ans ou même pourquoi 13 ans, aura plaisir à se plonger dans cette encyclopédie très complète. On y apprend plein de choses sur les animaux. J’ai par exemple appris qu’il existait un serpent dit « volant » qui sautait d’arbre en arbre et planait jusqu’à 100 mètres. Incroyable non? Ou encore que le dragon de Komodo mangeait parfois les jeunes de sa propre espèce! Autant d’informations et plus encore que vous trouverez dans ce superbe livre.

« Fantastiques animaux », une encyclopédie à avoir de toute urgence à la maison. Vous le trouverez en librairie pour 19,95 euros.

« Papa et Maman ne s’aiment plus » Éditions du Jasmin

Je sais que nous avons la plus belle richesse dans la Famille Écureuil. Notre compte en banque est très loin d’être rempli à ras bord, mais nous avons ce qu’il y a de plus précieux: énormément d’amour. Je me rends compte de la chance que nous avons. Je vois beaucoup de couples qui s’essoufflent avec les années. Et l’arrivée des enfants n’arrange souvent rien. Ce n’est pas toujours évident de trouver les bons mots pour expliquer aux enfants que leurs parents se séparent et qu’ils vont avoir deux maisons. Je voulais donc vous parler d’une nouveauté aux Éditions du Jasmin « Papa et Maman ne s’aiment plus ».

Papa et Maman ne s'aiment plus

Je regardais les stats et 45% des mariages finissent par un divorce ! C’est énorme et pourtant c’est une réalité. Je remarque que lorsque Petit Écureuil était en petite section de maternelle, il n’y avait pas tant que ça d’enfants de parents divorcés dans sa classe. Maintenant, il est au CP, et on peut dire qu’il y a du changement de ce côté. Et je pense qu’en 2021, il risque d’en avoir d’avantage… Confinement oblige !

C’est donc d’utilité publique de publier un livre qui explique la situation aux enfants. Ce que j’apprécie dans « Papa et Maman ne s’aiment plus » de Corinne Demuynck et Élise Fugler, c’est la simplicité des mots employés. C’est un sujet lourd et douloureux, inutile de se perdre dans des explications qui ne sont pas à la porté des enfants. Sur chaque double page, une illustration douce et un texte court et percutant.

On explique alors au jeune lecteur qu’au départ ses parents s’aimaient très fort et c’est d’ailleurs pour cela qu’ils ont décidé de faire un enfant. Mais ensuite ils ont commencé à se disputer et maintenant il y a deux maisons. Mais aussi des moments privilégiés avec Papa ainsi que des super partages avec Maman. La petite fille du livre explique alors que même si elle rêve au fond de son cœur qu’ils se remettent ensemble, il ne faut absolument pas ! Car ils recommenceraient à se disputer et ce n’est vraiment pas agréable.

« Papa et Maman ne s’aiment plus », un ouvrage que vous trouverez en librairie au prix de 13,50 euros. Et vous l’avez peut-être remarqué à mon visuel en haut de la page, je vous ai préparé un concours. Pour cela, foncez sur mon compte Instagram. Vous n’êtes peut-être pas dans la situation en ce moment, mais vous avez peut-être des enfants dans votre entourage qui sont en souffrance. N’hésitez pas à tenter votre chance pour eux.

Dis pourquoi ? L’Atlas du Monde

2021 est là et je peux vous dire que cette année, j’ai encore une fois l’intention de vous partager nos lectures. En devenant mère, je me suis découverte une véritable passion pour les livres jeunesse. Il y en a pour tous les goûts. Des histoires, des morales, des documentaires… Aujourd’hui, je vous présente le nouveau sorti de la collection « Dis pourquoi? » de chez Deux Coqs d’Or, voici « Dis pourquoi? L’Atlas du Monde ».

Dis pourquoi ? L'Atlas du Monde

Ce n’est pas la première fois que je vous parle de cette collection. Je vous avais déjà présenté celui sur la protection de la Planète, ou encore le spécial espace. Celui-ci est bien plus consistant que les deux précédents que je vous avais chroniqué. Pas moins de 125 pages pour en savoir plus sur les pays du monde entier.

Plus de de 150 questions-réponses pour en savoir plus sur toutes les différents pays qui nous entourent. Parfait pour les 6-10 ans, mais je vous avouerai que même un adulte peut y apprendre certaines choses.

Dis pourquoi ? L'Atlas du Monde

Cet ouvrage est divisé en différents chapitres. Chacun correspond à un continent. On démarre alors avec tous les drapeaux des pays qui composent ce continent, puis une carte détaillée avec des dessins de ce qu’on peut y trouver.

Dis pourquoi ? L'Atlas du Monde

Les réponses sont courtes mais bien expliquées. Je vais vous en donner quelques unes pour vous donner une idée.

Quelle est l’ancienne capitale de la Gaule? Lyon est l’ancienne capitale de la Gaule, alors nommée « Lugunum ». Sur la colline de Fourvière, on trouve encore des vestiges de cette époque et une majestueuse basilique datant de la fin du XIXème siècle. Sa situation géographique au confluent du Rhône et de la Saône en fait une ville industrielle.

Pourquoi trouve-t-on des chameaux sauvages en Australie? Le chameau a été introduit en Australie dans les années 1880, afin que les colons venus d’Europe puissent se déplacer dans le désert. Au cours des décennies suivantes, ces bêtes ont été remplacées par des camions et donc relâchées dans la nature. Il y aurait aujourd’hui quelque 500 000 chameaux en Australie, tous des descendants des animaux amenés d’Afghanistan à la fin de XIXème siècle. Ils vivent surtout dans le centre, dans le nord et l’ouest de ce pays.

Pourquoi faut-il se laver les pieds quand on arrive sur une île des Galápagos ? L’équilibre écologique des îles Galápagos est très fragile. Pour éviter de transporter des micro-organismes d’une île à une autre, il faur se laver les pieds avant et après les avoir visitées. Les îles Galápagos sont situées dans l’océan Pacifique et appartiennent à l’Équateur. Elles possèdent une faune originale (tortues géantes, iguanes marins et terrestres, oiseaux, otaries, etc). Ces animaux, qui ont rarement été chassés, n’ont pas l’instinct de fuir lorsque l’homme s’en approche. Ils sont donc très vulnérables.

Et comme chaque « Dis pourquoi? » , vous trouverez en fin de livre des jeux pour tester vos connaissances.

« Dis pourquoi? L’Atlas du Monde », un livre très complet que je vous conseille et que vous trouverez au prix de 14,50 euros.

Gigantosaurus, l’histoire originale chez Larousse Jeunesse

Je pense que vos enfants n’ont pas pu passer à côté du dessin animé Gigantosaurus. Il me semble que la première fois que nous avons vu les épisodes de cette série franco-canadienne, c’était dans les Zouzous sur France 5. Puis depuis quelques mois, nous retrouvons cette série animée sur Netflix. Les enfants adorent ! Et pour cause: cela parle de quatre jeunes dinos. Il y a Mazu la curieuse, Tiny l’espiègle, Bill le timide et Rocky l’intrépide. Ils explorent la préhistoire mais ils doivent faire attention au grand et terrible Gigantosaurus.

Gigantosaurus, l'histoire originale chez Larousse Jeunesse

Il y a forcément une multitude d’ouvrages sur ces mignons dinosaures à être déjà sortis… Puisque le dessin animé est inspiré d’une série de livres de Jonny Duddle… Mais depuis le mois de septembre dernier, vous pouvez trouver « Gigantosaurus, l’histoire originale » chez Larousse Jeunesse.

4 petits herbivores veulent donc s’aventurer en dehors de la jungle où ils aiment brouter, à la recherche du gros méchant. Leurs Mamans les préviennent : il faut faire attention au Gigantosaurus! Il est féroce et méchant. Mais ils n’ont pas la moindre envie d’écouter leurs très chères mères et partent à l’aventure!

Mazu décide de monter la garde et grimpe sur un haut rocher. Mais elle se met régulièrement à crier alors qu’il ne se passe rien de précis… Il n’y a que le papa tricératops qui vient les saluer, un vieux diplodocus qui vient manger quelques fougères, ou un stégosaure qui se balade… Si bien que lorsqu’elle prévient de l’arrivée du véritable Gigantosaurus, personne ne la croit! Mais heureusement, ce géant n’est pas si méchant qu’on le pense…

Ce que j’ai apprécié également dans ce livre, c’est le zoom sur les différents dinosaures que l’on trouve dans cette histoire. Dans les dernières pages, nous en apprenons plus sur ces gros lézards. Quelques infos que vous pouvez trouver:

  • le tricératops: il avait un énorme crâne qui faisait le tiers de son corps.
  • l’ankylosaure: à l’âge adulte, il pesait bien 5 à 6 tonnes !
  • le stégosaure: la queue épineuse de ce dinosaure est appelée un « thagomizeur »
  • Ou encore le Gigantosaurus n’a jamais existé! Mais il s’inspire du gigaNOtosaurus qui était encore plus gros que le célèbre t-rex.
Gigantosaurus, l'histoire originale chez Larousse Jeunesse
Gigantosaurus, l'histoire originale chez Larousse Jeunesse

« Gigantosaurus, l’histoire originale », un livre que vous trouverez au prix de 12,90 euros. Il existe d’autres ouvrages si vous aimez cette série… N’hésitez pas à farfouiller en librairie… Comme par exemple le livre-cd « Gigantosaurus » également chez Larousse Jeunesse également fraîchement sorti !

Vos enfants aiment ce dessin animé? Sont-ils fans des dinosaures? Dites-moi tout en commentaire !

Les P’tites Poules et la rivière qui cocotte

Alors j’ai une confession à vous faire: dans la Famille Écureuil, nous sommes de grands fans des P’tites Poules. Je dis « nous » car je crois que j’adore autant que notre fils. Je me marre autant que lui quand je lui fais la lecture des aventures de Carmen et Carmélito. Nouveauté sorti en octobre dernier, le Tome 18 « Les P’tites Poules et la rivière qui cocotte » chez Pocket Jeunesse.

Les P'tites Poules et la rivière qui cocotte

Comment ça vous ne connaissez pas les P’tites Poules? Elles vont fêter leurs 20 ans en 2001. Elles viennent de l’imagination de Christian Jolibois et Christian Heinrich et pour moi c’est la collection de livres jeunesse la plus drôle qui existe.

Ce sont des histoires assez longues. Vous avez à chaque fois 48 pages de plaisir. C’est toujours plein de jeux de mots, de références littéraires ou historiques… Dès le premier volume « La petite poule qui voulait voir la mer », Carmélia (la Maman des p’tites poules) prenait la mer avec Christophe Colomb… Forcément, ce dernier album répond à ce schéma et cette fois-ci nous rencontrons le géant Gargantua, le personnage si connu de François Rabelais.

Alors de quoi parle cette nouvelle histoire des P’tites Poules « Les P’tites Poules et la rivière qui cocotte » ? Cette fois-ci la rivière qui se trouve à côté du poulailler est croupie. Elle sent mauvais et est pleine de couleurs bizarres. Coquenpâte, Bangcoq et Molédecoq en ont fait les frais. Ils sont bariolés de la tête aux pâtes.

Mais pourquoi cette rivière empeste à ce point? C’est ce que vont essayer de découvrir Carmélito, Carmen et leur ami Bélino. Derrière cette catastrophe : la GPT ! (oui je vous avais dit que c’était plein de jeux de mots). La GPT est en fait la Guilde des Putois Teinturiers. Et vous allez voir que la bande de Pue-des-Pieds (c’est le chef de la GPT) n’est pas ce qu’il y a de plus gentil.

Les P'tites Poules et la rivière qui cocotte

Encore une histoire où on rit et on passe un agréable moment ! Quelle bonheur les P’tites Poules. D’ailleurs, si vous aimez ces cocottes rigolotes, je vous renvoie vers un de mes anciens articles où je vous parlais de la sortie d’un escape game avec nos personnages préférés. « Les P’tites Poules et la rivière qui cocotte », un formidable ouvrage que vous trouverez au prix de 10,70 euros.