Lettre ouverte à mon fils suite à l’attentat de Nice

Mon fils,

Tu es né le 19 novembre 2015, quelques jours après les attentats de Paris. Nous étions les plus heureux du monde de t’accueillir et pourtant le climat était particulier. Nous n’aurions du avoir sur nos lèvres que des mots d’amour et d’excitation de te rencontrer…. Et pourtant, en attendant la poussée, notre seule conversation se portait sur l’horreur qui venait de se produire.

Le lendemain de notre sortie de la maternité, nous avons décidé de nous balader sur la Promenade des Anglais. Nous étions si heureux de te montrer notre « Prom », comme nous l’appelons ici. « Regarde mon fils, c’est ici que nous t’apprendrons à faire du vélo… » « C’est ici que tu apprendras à nager… » « C’est ici qu’on viendra manger une glace l’été… » « C’est ici que tu viendras profiter du Carnaval et de ses chars… » « C’est ici qu’on viendra s’émerveiller devant un feu d’artifice… »

Par chance, ton père commençait à 4 heures du mat vendredi 15 juillet dernier. Il est donc rentré à la maison avec toi. Je suis donc aller faire un tour avec ta tante, ton oncle ainsi que les cousins sur notre chère Promenade des Anglais. Nous avions le sourire aux lèvres et nous profitions de ce moment de joie. « Il y a un peu de vent. Vous voulez rentrer ou continuer sur la Prom Party pour profiter un peu de la musique? » demandais-je . « Nous allons rentrer pour notre part » me répondit mon cousin. Quand tout un coup des coups de feu retentirent. Les gens se mirent à courir se cacher en hurlant. Je suis partie me réfugier dans un café. Merde… Où est le restant de la famille ? Je ressortis les chercher…. D’autres détonations… Pan Pan Pan Pan…. Tout se passe en quelques secondes… Mon fils, j’ai cru que tu n’aurais plus eu de Maman….

Nous sommes en vie et je remercie notre bonne étoile pour cela. Ce n’est pas le cas de tout le monde. Maintenant il va falloir se relever et reconstruire. Cela va être difficile, mais il le faut pour toi. Tu es encore bébé, je n’ai pas encore à trouver les bons mots pour t’expliquer ce qu’il s’est passé ce soir là. Mais je sais que tu vas grandir au milieu d’attentats à répétition. Quelle sera ta jeunesse ? Ne grandissons-nous pas de travers dans de telle circonstance ? Il va nous falloir être forts et intelligents pour te protéger mais aussi ne pas te faire rentrer dans une spirale de haine. Ne fais pas d’amalgame mon fils.

J’espère de tout cœur que tu pourras garder une enfance remplie d’innocence et d’éclats de rire. Et c’est à nous parents de faire en sorte que la génération de demain relève le niveau.

Je t’aime mon fils, sois-en sur. Et je ferai tout pour te protéger.

Maman

je suis Nice

2 pensées sur “Lettre ouverte à mon fils suite à l’attentat de Nice”

  1. j’ai du mal à réaliser, tout comme toi je ne sais pas comment sera le demain de nos enfants et ça me fait peur, comme si on avait pas déjà suffisamment de merde dans la vie, il faut que les terroristes et les attentats deviennent « un quotidien » je n’ose même pas imaginer ta peur ce soir là je ne dors pratiquement plus depuis et je n’y étais pas….
    je suis vraiment heureuse de voir que tout va bien pour toi et ta jolie famille, faites bien attention à vous et j’espère qu’on aura vite l’occasion de se voir 😉 de gros bisous

  2. Ce que tu as écrit est poignant. Cette Prom où les gens venaient profiter de la vie a été le lieu d’une horreur sans nom et cela restera dans nos esprits. Comme toi, en tant que locale, j’ai le sentiment qu’elle nous appartient et qu’on nous l’a attaquée. Ainsi que les rêves dans lesquels nous nous projetions, autour de ballades en famille et de chaudes soirées d’été. L’effroi s’estompera, les blessures ne refermeront jamais totalement. Mais je crois que c’est important aussi que nos enfants sachent que la vie est précieuse, et le bonheur d’être entourés de nos proches, un privilège que tous n’ont pas. Ton fils a beaucoup de chance d’avoir une maman si aimante et si vivante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *